Fusion de bases généalogiques dans le Languedoc

Catégorie : Médias Web, Hérault  |  le 02 Mai 2012 par Guillaume de Morant

On connaissait la base des mariages de l'Hérault, voici désormais les Bases du Cercle Généalogique de Languedoc, accès unifié aux index des relevés effectués par les bénévoles de cette association basée à Toulouse et rayonnant sur tout le Languedoc. Parler des seuls mariages héraultais n'avait en effet plus de sens depuis que cette base de mariages couvre plusieurs départements (Hérault, Aude, Aveyron, Gard, Lozère, Tarn). Et le Cercle Généalogique de Languedoc ne manquant pas d'ambition, il fallait aussi prendre en compte l'apparition de nouveautés qui ne sont pas des mariages, comme cette Base des données des soldats blessés lors de la Campagne d’Orient en Crimée et en Turquie entre 1854 et 1856.

Très récemment, une base des Morts Héraultais pendant les guerres napoléoniennes a également été ajoutée. Il s'agit des noms des militaires décédés dans les hôpitaux des armées pendant la période de l'Empire. Ils ont été transcrits par les généalogistes bénévoles du Cercle à partir des extraits mortuaires trouvés dans les liasses des Archives départementales de l'Hérault sous les références 3 R 54 à 3 R 72.

Attention, en raison des recommandations particulièrement incompréhensibles de la CNIL, le Cercle Généalogique de Languedoc n'a pu laisser toutes ses bases en accès libre. Seule la base des mariages est accessible aux non-adhérents du Cercle, sous une forme restreinte non filiative. Il faut cliquer dans "Recherche standard". Les adhérents du Cercle ont accès à la version complète avec filiation. Les deux autres bases (soldats de Crimée et Turquie et morts napoléoniens) sont exclusivement réservée aux adhérents et la position de la CNIL -consultée par l'association qui a obtenu une autorisation- n'a pas permis d'ouvrir un accès restreint même non filiatif. Si même pour la période napoléonienne, la CNIL interdit la libre diffusion...

1 commentaire

Corentin le 3 Mai 2012 à 13h56

Bonjour,

Il serait intéressant de connaître les motivations de la CNIL pour une période si éloignée.

Plan du site La Revue française de Généalogie