François Hollande : ce que les généalogistes savent de lui

Catégorie : Célébrités  |  le 07 Mai 2012

François Hollande

Depuis le temps où il mène campagne pour devenir président de la République, tout semble avoir été dit et écrit sur le nouveau locataire de l’Élysée. Mais que sait-on au juste de la généalogie de François Hollande ?

Jean-Louis Beaucarnot qui connait parfaitement les familles du "Tout politique" pour les avoir détaillées dans son ouvrage à succès du même titre, a déjà évoqué dès l'automne dernier l'arbre écartelé du nouvel élu dans La Revue française de Généalogie n° 196.

"Écartelé entre Nord, Ouest et Est, entre grandes villes et campagnes, entre vertes plaines et sommets neigeux. Car quatre grands-parents : quatre régions. L’Artois, les Deux-Sèvres, Paris et Lyon. Et par la branche parisienne, le Poitou et la Nièvre (quartiers Coulon). Par la branche lyonnaise, la Savoie. Enfin par les Deux-Sèvres, la Charente et la Charente-Maritime, et même, avec les quartiers Patrice, l’Eure-et-Loir…
L’histoire de la lignée paternelle, celle des Hollande, est simple et classique, avec des ancêtres dans la meunerie. D’abord « chasses manée » ou « gardes moulins », autrement dit hommes à tout faire aidant les meuniers, à Vis-en-Artois, près d’Arras, ils deviendront meuniers eux-mêmes, avant de se fixer à Plouvain, dans le courant du XIXe siècle, où ils seront agriculteurs. L’un d’eux, devenu « coquetier » (marchand de beurre, œufs et fromage), verra l’un de ses fils faire des études et embrasser le métier d’instituteur – une profession « clé », qui facilita grandement, à cette époque, la promotion sociale. De fait, nommé loin de chez lui, il épousera une institutrice native des Deux-Sèvres et aura un fils médecin – le père de François.
Les ancêtres maternels, réunis par l’effet d’attraction de la région parisienne, se partagent essentiellement entre le Poitou et la Savoie. Le Poitou, avec la lignée Tribert, dont les ancêtres, tailleurs d’habits depuis plusieurs générations, étaient arrivé de Vivonne et antérieurement de Couhé. La Savoie, avec les Jacquignon (alias Pegaz-Jacquignon, voire Pegaz-Blanc-Jacquignon), de Saint-Offenge, et les Bernollet/Benollet, de La Balme, localité voisine de Traize, où vivaient certains des ancêtres maternels de Nicolas Sarkozy."

Mais la parenté ne semblait pas pouvoir s'établir... Jusqu'à ce que Jean-Louis Beaucarnot découvre que les deux candidats ultimes à l'élection présidentielle étaient cousins (au 21e degré), avec pour ancêtre commun Claude Labully dit Burty, né vers 1580 et vivant dans le village de Saint Maurice-de-Rotherens ( arbre détaillé dans La Revue française de Généalogie n° 199). Comble des recherches généalogiques, une coïncidence semblable est révélée aussi du côté deux premières dames de France : Valérie Trierweiler et Carla Bruni.

Le patronyme Hollande est porté par environ 250 porteurs (dont quatre François), quasiment tous originaires du Pas-de-Calais, sans être forcément ses cousins. Il était à l'origine le surnom d'un homme venu de Hollande (Holtland signifiant "le pays des bois").

Lire aussi : tous nos articles sur les célébrités

Suivez-nous aussi sur Facebook et Twitter

1 commentaire

Ayrault le 16 Mai 2012 à 10h07

Etonnant ces familles qui se croisent et s'entrecroisent que ce soit au plus haut niveau de l'état que pour tout un chacun.

Plan du site La Revue française de Généalogie