Charente payante : la riposte des généalogistes s'organise

Catégorie : Archives, Charente  |  le 05 Janvier 2013 par Guillaume de Morant

Les généalogistes sont en colère contre le département de la Charente et ils le font savoir. Après avoir appris -parfois avec stupéfaction- l'intention de la collectivité de faire payer l'accès aux registres anciens de l'état civil sur Internet, la riposte des chercheurs d'ancêtres s'organise. C'est d'abord la voix de la fédération française de généalogie qui s'est fait entendre.

Son président Michel Sémentery a rendu publique une lettre adressée au président du Conseil Général de la Charente, aux menaces à peine voilées. La fédération constate que ce projet vise avant tout les généalogistes, puisque seuls les registres de l'état civil sont concernés par l'accès payant et non d'autres archives numérisées comme les cartes postales et les plans qui sont consultées généralement par un public plus large. "Cette décision, qui n’a pour but que d’impacter les généalogistes amateurs provoque une rupture d’égalité entre les citoyens", estime le président. "Nous souhaitons et espérons que vous reviendrez sur votre délibération (...), nous nous réservons, en conséquence, le droit d’ester en justice pour défendre l’égalité d’accès pour tous les citoyens, et particulièrement les généalogistes amateurs, aux différentes archives", conclut Michel Sémentery.

Du côté des bénévoles, la pilule ne passe pas non plus. Une pétition pour la gratuité de l'accès sur Internet aux archives de la Charente a vu le jour. Lancée jeudi 3 janvier 2013, elle a déjà recueilli 2800 signatures en 24 heures et depuis, le compteur ne cesse de tourner... Bruno Rivet, son initiateur, habitant de la Charente, d'origine bretonne et qui n'a aucun ancêtre dans ce département, explique : "De grâce, Monsieur le Président, ne faites pas de la Charente, la hantise des généalogistes. Pour ma part, je n'ai, j'ose dire heureusement, aucun ancêtre en Charente, mais habitant à Jarnac, je demande beaucoup aux bénévoles bretons. Je considère normal et juste, de leur rendre la pareille, c'est pourquoi j'officie comme bénévole sur le 16". Un texte à lire peut-être comme une sorte de leçon de bénévolat et de gratuité au président de la collectivité ?

L'effet boule de neige de la mobilisation se poursuit dans le monde associatif avec notamment le Cercle Généalogique de Languedoc. Sur sa page d'accueil, l'association invite ses membres et visiteurs à prendre connaissance de la situation et à signer la pétition. Le Cercle souhaite également associer toutes les associations de généalogie pour relayer ce mouvement et qu'il prenne une ampleur nationale, voire internationale si nécessaire.

Liens :

8 commentaires

Mathias Jean-Philippe le 31 Juillet 2014 à 14h32

Bonjour à tous et à toutes,

En tant que parisien, je demande :
1 ) que les lois et décrets votés à Paris ne puissent être lu en province gratuitement.
2 ) que par mesure de réciprocité, les demandes sur les registres des autres départements en provenance de la Charente soient payantes.

Je précise que le travail effectué en Charente pour la tenue des registres l'a été sur ordre du pouvoir central et donc qu'il n'appartient pas à la Charente. Nous pourrions même considérer que toutes ces informations appartiennent, en partie, aussi aux héritiers. La préfecture va-t-elle restituer un partie de ces commissions à ces personnes.

Comme c'est le même logiciel qui est utilisé gratuitement in situ et devient payant dès qu'il franchit les murs de la salle de lecture, C'est bien l'information que l'on fait payer aux "étrangers". Il semble qu'il s'agisse d'un cas de ségrégation... Liberté, egalité, fraternité

La Charente est entourée de départements français, pourrions nous instituer des péages lors du franchissement de cette nouvelle frontiére.

Plus sérieusement, la généalogie peut être un passe-temps agréable, cela peut être aussi une aide pour rechercher les liaisons entre générations pour les maladies rares. Merci monsieur le Préfet.

Bravo !

































Etc, etc...

Agnès Rousteau-Lesur le 10 Janvier 2013 à 14h14

bonjour,
en vacances chez mes parents pour Noël, c'est avec stupeur et colère que j'ai appris la nouvelle ! l'accès aux archives numérisées serait payante ? allons donc, Monsieur le Président de la Charente, est-ce à dire que vous considérez les informations contenues dans l'état civil comme ne faisant pas partie intégrante du patrimoine collectif des Charentais ?...
Pour ma part, tous mes ancêtres maternels et une grande majorité de mes ancêtres paternels sont issus de ce département qui m'a vu naïtre... J'habite maintenant le Nord de la France et ne peut me déplacer pour consulter les registres en salle de lecture. Aussi j'attendais avec beaucoup d'impatience la mise en ligne des registres d'état civil pour pouvoir débloquer ma généalogie familiale. En mettant l'accès payant aux internautes, d'une part vous faites de l'élitisme (qui pourra se payer un tel service ?) et vous privez les charentais de leur racines. Je ne vois pas où est l'égalité dans tout çà, ni même, ce qui est encore pire, où est la Liberté si chère à notre pays ?... j'espère néanmoins que la pétition qui circule vous fera changer d'avis, d'autant plus que ceux qui avaient opté auparavant pour ce "système" ont bien vite fait marche arrière...
Que la sagesse vous éclaire. Généalogiquement.
Agnès R-L

Plan du site La Revue française de Généalogie