Pour se rencontrer, les soirées entre amis ont supplanté les bals d'antan

Catégorie : Histoire  |  le 29 Janvier 2013 par Véronique Tison

Vous êtes-vous déjà posé la question de savoir où s’étaient rencontrés vos ancêtres ? « Dans la France rurale d’il y a un siècle, on s’épousait souvent entre voisins. Le bal a ensuite pris le relais comme premier lieu de rencontre, mais il a lui-même décliné suite à l’exode rural », écrivent Michel Bozon et Wilfried Rault, de l’Institut national des études démographiques (Ined), dans un article consacré aux lieux de rencontres entre conjoints et publié dans le dernier numéro de la revue Population & Sociétés.

Encore dans les années 1960, jusqu’à 25% des couples font connaissance au bal mais il ne sont plus que 10% dans les années 1980 et tout juste 1% au début des années 2000. La discothèque a en partie relayé le bal comme lieu de rencontre du conjoint (13% des rencontres à la fin des années 1980) avant de reculer à son tour, avec 9% seulement des rencontres au début des années 2000.

En revanche, les soirées privées entre amis, de même que les liens noués en milieu scolaire, n’ont cessé de progresser au point de représenter au début des années 2000 respectivement 20% et 18% des rencontres.

« Tendance amorcée dès l’après-guerre, les rencontres se font de moins en moins sous le regard des aînés – des parents en particulier – au profit des lieux de sociabilité 'horizontale', c’est-à-dire entre pairs », note l’article que l'on peut consulter sur la page thématique du site de l'Ined consacrée aux lieux de rencontre et au choix du conjoint.

Autre tendance lourde, le premier conjoint n’est plus nécessairement le premier partenaire amoureux, rencontré, lui, généralement lors des études et à un âge qui, pour le premier rapport sexuel, s'est stabilisé un peu au-dessus de 17 ans.

Rien à voir avec la situation qui a prévalu jusqu’au début des années 1960, lorsque le parcours le plus fréquent était une rencontre au bal ou au travail, suivie d’une période de fréquentation sans cohabitation jusqu’au mariage. Malgré la norme réprouvant les relations sexuelles avant le mariage, les premiers rapports intervenaient fréquemment quelque temps avant sa célébration, qui se trouvait précipitée en cas de grossesse.

La « sociabilité électronique » changera-t-elle la donne ? L’enquête menée par l’Ined et l’Inserm, pour laquelle 12.364 personnes âgées de 18 à 69 ans ont été interrogées, ne va que jusqu’en 2006. Une prochaine étude permettra de mesurer l’impact de la multiplication, ces dernières années, des sites de rencontre sur internet et de l’essor des réseaux sociaux.

Il n'y a pas de commentaire

Plan du site La Revue française de Généalogie