La généalogie de John Kennedy

Catégorie : Célébrités  |  le 18 Novembre 2013 par Jean-Louis Beaucarnot

John Fitzgerald Kennedy

John Fitzgerald Kennedy était issu d’une famille américaine déjà très lancée et souvent appelée "le clan Kennedy", pour être le second des neuf enfants de Joseph (dit "Joe") Kennedy, homme politique et diplomate (directeur de banque puis ambassadeur des États-Unis à Londres), et de Rose Fitzgerald, d’où son middle name, ce "nom du milieu" qui est le plus souvent comme ici le nom de jeune fille de la mère.

Les Kennedy et les Fitzgerald étaient deux familles de Boston.

Les premiers s’y étaient établis en 1849 avec l’arrière grand-père de JFK, Patrick Kennedy, un personnage presque légendaire, un petit émigré irlandais, considéré comme le fondateur de la famille. Âgé d’une vingtaine d’années, il avait en effet décidé de quitter son pays qui se trouvait alors en proie à une terrible famine, due à la propagation du phytophthora, sorte de mildiou, qui avait ruiné la culture de la pomme de terre.

Avec d’autres Irlandais, dont les Murphy, il avait d’abord gagné Liverpool, d’où il s’était embarqué sur un bateau en partance pour l’Amérique. Aussitôt débarqué à Boston, il avait y épousé Bridget Murphy et s’y était établi tonnelier, ou plus exactement comme fabricant de tonnelets de whisky, avant de diversifier son activité, avec la fabrication de douves, pour les chariots des pionniers. Mort prématurément lors d’une épidémie de choléra, Bridget, après avoir travaillé comme vendeuse, avait réussi à acheter une boutique, et avait poussé son fils à réussir. D’abord docker au port, celui-ci avait, grâce à ses économies, réussi à acheter une première taverne, puis une seconde, dont il avait su investir les bénéfices dans une affaire d’importation de whisky. L’affaire devenue florissante et lui avait permis de se lancer dans la politique, en devenant sénateur. Son principal rival était John Francis Fitzgerald, qui sera élu contre lui à la mairie de Boston, mais dont la fille Rose devait épouser son fils aîné, en 1914.

Ces Fitzgerald descendaient d’un épicier de Boston, avec un ancêtre arrivé exactement à la même époque que Patrick Kennedy, et qui était lui aussi un Irlandais, natif de Dunganstown… En fait toutes ces familles vivaient au sein de la colonie irlandaises et se mariaient entre elles, ce qui donnera à JFK quatre grands-parents irlandais (Kennedy, Fitzgerald et ses deux grands-mères, Hickey et Cox).

Mais revenons à Patrick Kennedy, le petit migrant fondateur. Selon la coutume familiale, il était le cadet d’une famille de fermiers de Dunganstown, dans le Wexford. Des fermiers autrefois prospères, possédant plus de trente hectares, sur lesquels ils cultivaient de l’orge et élevaient des vaches. Toujours selon la tradition familiale, la famille descendrait de Brian Boru, dit Brian Mac Cenneidigh, roi d’Irlande, né vers 941 et mort en 1014, dont surnom de Mac Cenneidigh serait issu du gaëlique "Cean Eidig", qui signifierait "tête laide".

Au plan généalogiquement, la filiation semble vraiment connue jusqu’à un John Kennedy, né vers 1325, dont les descendants s’étaient suffisamment élevés pour s’allier plusieurs fois à des princesses d’Écosse. L’un d’eux, Thomas, né vers 1618 et descendant donc par les femmes des rois d’Angleterre et de France (Philippe-le-Bel, saint Louis, etc…) se serait établi en Irlande, où sa lignée aurait lentement régressé.

Une famille qui a connu des hauts et des bas, avec une histoire à la mesure de son destin.

Pour approfondir l’arbre généalogique de JFK, consulter sur le bel arbre généalogique sur GeneaNet par notre cher Tim Dowling, grand connaisseur des familles anglaises et américaines.

En cliquant ici, retrouvez toutes les généalogies de célébrités étudiées par Jean-Louis Beaucarnot.

1 commentaire

Guyard le 18 Novembre 2013 à 17h37

Le lien avec les rois d'Angleterre existe sans doute mais le lien de Tim Dowling me semble trop peu étayé pour être crédible.

Plan du site La Revue française de Généalogie