Réforme territoriale, quel avenir pour les archives départementales ?

Catégorie : Archives, France  |  le 22 Juin 2014 par Guillaume de Morant

Les départements sont amenés à disparaître, mais quid des services départementaux rendus par les Conseils généraux ? Et pour les généalogistes, que vont devenir les archives départementales, gérées justement par les Conseils généraux ? La question a été posée à la ministre de la Culture par le sénateur de l'Aisne Yves Daudigny.

L'élu explique que son département est soumis à un dilemme : les archives départementales de l'Aisne ont un projet immobilier majeur de construction d'un nouveau bâtiment pour 20 millions d'euros. Il s'agit de doubler la capacité du bâtiment actuel proche de la saturation, à 40 km linéaires d'archives contre 20 actuellement. Mais si les départements disparaissent, qui va assumer la construction et l'exploitation de ce nouveau bâtiment d'archives ? Est-ce bien raisonnable pour une collectivité amenée à disparaître de s'engager dans de tels investissements alors même que cette compétence "archives" n'est pour l'instant pas attribuée ? Alors pour rendre les choses plus claires, Yves Daudigny demande à Aurélie Filipetti si l'État a l'intention de reprendre la gestion de cette compétence obligatoire partagée...

En attendant la réponse de la ministre, la Revue française de généalogie est allée poser la question au président de la Fédération française de généalogie. Jean-François Pellan peine à croire que rien ne changera pour les archives départementales si le département disparaît : "Comment l'État va-t-il faire ? Y aura-t-il des archivistes régionaux ? On n'en sait rien, mais la question mérite d'être posée. Regrouper les archives départementales? Je pense que cela nécessiterait des budgets que la France n'a plus. Vont-elles devenir régionales avec des bureaux annexes ? On n'en sait rien, mais on peut espérer une harmonisation car actuellement, il y a une disparité incroyable. Les archives auraient tout à gagner par exemple à adopter les mêmes outils de présentation et de publication sur Internet. Espérons que l'harmonisation ira dans le bon sens et que les archives adopteront le meilleur outil plutôt que le moins bon".

Image : Franck Betermin 2007, archives départementales du Finistère.

5 commentaires

daieuxetdailleurs le 24 Juin 2014 à 13h18

Ah Gaïa, cette merveilleuse chose en coma artificiel depuis 5 ans qui ne connaît pas les normes professionnelles internationales. Vive l'outil identique pour tous, dont l'unique et heureux prestataire sera très ravi de faire bénéficier au plus vite ses clients des nouveautés technologiques dernier cri... ou pas d'ailleurs, mais pas grave, pas de concurrence. Heureusement, les archives municipales sont épargnées, elles auront la joie de garder encore longtemps ce cher Avenio... (second degré). Il existe combien de logiciels de généalogie déjà ?

Thierry Garrel le 24 Juin 2014 à 11h27

A propos de la convergence, il serait intéressant d'avoir un tableau récapitulatif des visionneuses utilisées par chaque AD d'une même (nouvelle) région avec le montant de l'investissement réalisé, les coûts de maintenance annuels. Dans ma région l'Aude et les PO utilisent Gaia, la Lozère et L'Hérault Ligeo. Le Gard n'est pas encore en ligne, fera t-il pencher la balance du côté de Ligeo ou de Gaia ?

Plan du site La Revue française de Généalogie