Comment commencer votre généalogie : Partez du bon ancêtre !

Avec les conseils de Jean-Louis Beaucarnot, conseiller à la rédaction de La Revue française de Généalogie.

Partez du plus ancien ancêtre dont vous connaissez le prénom et nom, ainsi que la date (ou époque) et lieu (commune) de décès.

Il s'agira généralement de votre grand-père ou de votre arrière grand-père (en fait du grand-père du dernier vivant).

Pour bien apprendre la technique, choisissez parmi les familles dont vous descendez – entre celles de votre père, de votre mère et de vos grands-parents – une lignée ne présentant pas de difficulté majeure ou qui vous mettrait en situation particulière.

Choisissez une lignée également « proche » de vous au plan géographique, originaire de votre région de résidence ou de séjour, ou encore d'un département dont les archives sont disponibles en ligne (voir la Carte de France, à droite).

Vous vous efforcerez ainsi d'éviter – du moins dans un premier temps – les cas particuliers :

  • les ancêtres étrangers et ceux nés hors de France métropolitaine
  • les enfants naturels et les enfants trouvés et adoptés
  • les Parisiens
  • les ancêtres protestants
  • les ancêtres juifs
  • les ancêtres nobles

Les ancêtres étrangers et nés hors de France métropolitaine

Nul pays ne possède d'archives comparables aux archives françaises. Tout comme les archives de nos anciennes colonies sont différentes de celles de nos départements.

Pour des ancêtres français, nés hors de la métropole, on pourra s'adresser selon les cas :

Pour des recherches à l'étranger, les possibilités varient selon le pays.

La Revue française de Généalogie vous propose divers outils pouvant vous aider :

Les enfants naturels et les enfants trouvés et adoptés

Pour un enfant naturel, né de mère célibataire, il vous faudra rechercher un acte d'état civil concernant sa mère, ou consulter un recensement.

Pour un enfant abandonné, les possibilités de recherches sont très minces et très particulières, en s'appuyant notamment pour ceux déposés à l'Assistance publique sur leur numéro d'immatriculation, figurant souvent dans leur acte de mariage. Vous pouvez vous appuyer sur un article de La Revue française de Généalogie consacré à ce thème.

Pour de tels ancêtres, La Revue française de Généalogie vous propose également plusieurs articles dans le numéro spécial consacré à la Naissance.

Les Parisiens

Les archives de l'état civil antérieures à 1860, y compris les registres paroissiaux, ayant disparu en 1871 dans l'incendie de l'Hôtel de ville par les Communards, on devra recourir, en complément de l'état civil reconstitué, à d'autres sources (archives notariales, Enregistrement…).

Les ancêtres protestants

Ce sera surtout entre 1685 et 1787, durant la période dite « d'interdiction », que les recherches sur les familles protestantes restées en France seront les plus délicates. On pourra alors se tourner vers le site Internet des Huguenots de France et d'ailleurs.

Pour de tels ancêtres, La Revue française de Généalogie vous propose divers outils pouvant vous aider, notamment un article consacré à la recherche sur les familles protestantes.

Les ancêtres juifs

Peu nombreux en France avant 1800, les Juifs étaient surtout concentrés dans certaines régions (Alsace-Lorraine, Sud-Ouest, régions de Bordeaux/Bayonne et d'Avignon). De plus, leurs noms n'étaient pas fixes. Pour approfondir, on pourra s'orienter vers le site du Cercle de généalogie juive.

Pour de tels ancêtres, La Revue française de Généalogie vous propose aussi divers outils pouvant vous aider, notamment un article consacré aux recherches sur les familles juives.

Les ancêtres nobles

Pour de tels ancêtres, La Revue française de Généalogie vous propose divers outils pouvant vous aider, notamment un article faisant le point sur les questions de particules, de blasons et de titres.

Plan du site La Revue française de Généalogie