Nouveau défi 1 Jour 1 Poilu : indexer 50.000 soldats disparus

Catégorie : 1914-18, France  |  le 22 Novembre 2016 par Guillaume de Morant

On connaissait déjà le défi 1 Jour 1 Poilu et la force de conviction de son inlassable animateur Jean-Michel Gilot (#1J1P) pour indexer les Poilus morts pour la France sur Mémoire des Hommes. Voici à présent qu'il lance en collaboration avec l’historien Michaël Bourlet un nouveau défi aux internautes, Sur les traces des disparus de la Grande Guerre. Cette fois-ci, il s'agit d'indexer et identifier 50 000 Poilus disparus au cours de la Grande Guerre (hashtag Twitter/Facebook : #disparus #1J1P), ceux dont les corps n'ont jamais été retrouvés.

Le conflit a laissé entre 300 et 350.000 disparus, à l'instar "du plus connu d'entre eux", le soldat inconnu qui repose sous l'Arc de Triomphe à Paris. Le défi consiste bien sûr à rendre hommage à ces combattants, puisqu'avec cette indexation collaborative, on va en savoir plus sur leur état civil, la date de leur disparition, le temps écoulé en moyenne jusqu'à la reconnaissance officielle de leur mort. L'enquête permettra aussi de savoir combien ont aujourd’hui une sépulture et si leur nom est à présent inscrit sur un monument aux morts.

Mais il s'agit aussi de constituer une base de données qui sera, à terme, mise à disposition des internautes, des généalogistes et des chercheurs. Les soldats disparus figurant au sein de cette base seront issus des listes publiées par le journal La Recherche des disparus, entre 1915 et 1917, dont la collection numérisée peut être consultée sur le site Gallica / Bibliothèque Nationale de France.

L'aide des internautes, généalogistes, passionnés et chercheurs est requise, car à partir de cette liste qui va être placée dans une application en ligne dédiée, les milliers de contributeurs espérés vont renseigner cette base avec les informations recueillies dans La Recherche des disparus, à partir d’une image de la liste et/ou du lien direct Gallica, soit l’âge du soldat, son grade, sa date de disparition, son unité et sa sous-unité d’appartenance (compagnie ou batterie, section, etc.).

Cette dernière information offre un intérêt tout particulier : rarement présente dans les jugements déclaratifs de décès, elle permettra aux internautes de déterminer avec une plus grande précision les circonstances de la disparition du soldat, moyennant recoupement avec les Journaux des Marches et Opérations des unités engagées dans la Première Guerre mondiale.

Dans une deuxième phase, l'objectif est d’identifier le soldat dans la base de données des soldats morts pour la France de la Première Guerre mondiale sur Mémoire des Hommes. Si le soldat n’est pas retrouvé, on l’indiquera, sinon, on reportera sur sa fiche les informations recueillies. Tout internaute peut participer moyennant une simple inscription. Une fois inscrit, l’utilisateur doit être connecté sur le site (accès via le menu : "se connecter") pour pouvoir indexer.

Liens

Consulter aussi les guides de La Revue française de Généalogie : 14-18 Recherchez vos ancêtres soldats pour vos recherches en Archives, et 1914-1918 Votre ancêtre Poilu sur Internet pour vos recherches sur Internet.

7 commentaires

VINCENT Hugues le 2 Décembre 2016 à 19h35

Comme les autres lecteurs je n'ai pas trouvé les disparus de 1914. Je possède le journal du 130 ème régiment d'infanterie avec la liste des disparus du régiment de 1914 à 1918. Comment les indexer dans vos listes ? j'ai essayé sans succès à me mettre sur facebook.
H.VINCENT

bardoulat le 1 Décembre 2016 à 12h11

Saviez-vous qu'indépendamment des disparus sur le champ de bataille, des soldats mis à la disposition des usines d'armement ont disparus dans des explosions et ne figurent pas sur "Mémoire des Hommes" . J'en ai personnellement relevé 11 disparus le 21 avril 1916 dans l'explosion de l'usine Thévenot lieudit la Croix d'Hins à Marcheprime (33) et 9 autres le 1° mai 1916 dans l'explosion de la Poudrerie Vandier et Despret à La Rochelle-Pallice (17). Nombre d'autres disparus figurent bien sur le site mais ne bénéficient pas de la mention "MORT POUR LA FRANCE" . L'ONAC après vérification à accepter de revoir cette mention pour 6 d'entre-eux mais considère qu'il est trop tard pour rouvrir les autres dossiers (5 à Marcheprime et 125 à La Rochelle-Pallice). A mon avis une mention spéciale, telle que "MORT POUR LA DEFENSE" pourrait être créer pour ces hommes qui ont donnés leurs vies au profit des autres.
.

Plan du site La Revue française de Généalogie