Archives en ligne du Finistère, un lancement bien timide...

Catégorie : Archives, Finistère  |  le 28 Mars 2012 par Guillaume de Morant

C'est jour de fête, mais ce n'est certainement pas jour de liesse chez les généalogistes du Finistère ! Certes, le département a inauguré officiellement -hier le 27 mars 2012- le site Internet de ses archives départementales, avec à la clé les premières ressources numérisées pour les chercheurs d'ancêtres bretons. Et même si le portail arrive bien tard, tout le monde s'accorde à dire qu'il s'agit d'un réel progrès, d'autant que la présentation du site a été particulièrement soignée.

Le seul hic est non pas la forme, mais le fond ! La mise en ligne se fait par étape, presque timidement, puisqu'elle débute avec les registres paroissiaux et d’état civil de seulement 79 communes, y compris les tables de l’état civil. Pour rappel, le Finistère compte actuellement 283 communes... La liste précise se trouve ici ( télécharger le fichier PDF), elle comprend quelques grandes villes comme Guipavas, Landerneau, Morlaix, Plougastel-Daoulas, mais il manque encore d'importants foyers de peuplement comme Concarneau, Douarnenez, Plouzané, Le Rellec-Kerhuon et bien sûr Quimper... Pour rappel, les ville de Brest et Quimper font cavalier seul et disposent chacune d'un portail d'archives, assez complet (avec indexation des patronymes pour Quimper, même si son ergonomie est discutable).

Aux côtés de l'état civil, le nouveau site du Finistère engrange aussi ses premiers registres militaires et ses premiers recensements de population pour 40 villes. La liste des recensements est consultable ici ( télécharger le fichier PDF), mais elle apparaît déjà comme beaucoup plus complète, car touchant cette fois-ci, toutes les villes peuplées de plus de 10.000 habitants aujourd'hui (sauf Plouzané) : Concarneau, Douarnenez, Guipavas, Landerneau, Morlaix, Plougastel-Daoulas, Quimper, Quimperlé, Roscoff, y compris Brest.

Autre type de documents, secondaires pour une recherche généalogique, mais très appréciés pour donner du sens et comprendre le contexte d'une recherche familiale : l'iconographie. Les archives du Finistère incluent, avec raison, dans cette catégorie le cadastre napoléonien, les cartes postales ancienes, les plans des phares et balises, les affiches et la presse locale.

En tout, ce nouveau site Web finistérien propose en consultation un million de documents, gratuitement. Le tout est complété par des inventaires numérisés et par une panoplie de ressources pédagogiques pour élèves et enseignants, par des guides thématiques sur les communes, la presse, et des simples parcours de découverte. C'est le 79e département français à ouvrir un site Internet d'Archives avec de l'état civil en ligne (si l'on enlève l'Indre qui a fait une ouverture-fermeture express, mais qui devrait rouvrir prochainement). Et dans cette liste, consultable sur notre carte en ligne de l'état civil en ligne, le dernier-né n'est pas le plus riche, loin de là...

PS : Mais où se trouve l'état civil numérisé ? Peu visible en page d'accueil, il faut aller subtilement le chercher dans l'onglet Rechercher > inventaire des archives > recherche simple et ensuite indiquer le lieu, le type de document, la date puis cliquer sur "avec documents numérisés". Le lien direct pour le formulaire est ici. Encore moins facile à trouver, une page donne accès à tous les formulaires de recherche concernant des documents numérisés ou non (cadastre, recensement, recrutement militaire, archives notariales, etc.). Elle se trouve dans Rechercher > inventaire des archives > recherche simple + onglet formulaire (en haut de page) ou bien par lien direct, ici. Toutes ces fonctions de recherche qui vont être parmi les plus utilisées du site gagneraient à être mises en valeur dès la première page...

14 commentaires

Nédélec Yvon le 26 Septembre 2013 à 16h04

Peut-on savoir si une date est envisagée par les A.D.29 pour la généralisation à toutes les communes quel qu'en soit le délai?

sylb le 18 Août 2013 à 09h21

Mais qui donc est à l'origine des AD en ligne du Finistère ? Un esprit tordu sans doute, ce site est quasi inutilisable, vide, très mal conçu, bref, une catastrophe. Il était si simple de s'inspirer par exemple du site des Cotes d'Armor, un petit bijou en la matière ... Mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué !

Plan du site La Revue française de Généalogie