Côtes d'Armor : mise en ligne des matricules du fonds de Moscou

Catégorie : Archives, Côtes-d'Armor  |  le 24 Juillet 2014 par Guillaume de Morant

Sur le site des Archives des Côtes d'Armor, les registres matricules militaires dits du fonds de Moscou sont désormais consultables. Ces archives militaires ont connu un sort étonnant, puisqu'elles ont été volées par l'occupant allemand en 1940, transportées en Allemagne et en Pologne et autres pays occupés par les nazis, puis confisquées par les soviétiques en 1945 et ramenées par leurs soins à Moscou -d'où leur nom- pour y être exploitées.

Ce n'est qu'en 1994 et en 2000 qu'elles ont été en grande partie restituées à la France par les Russes. Mais avant de retrouver le chemin de la Bretagne (et d'autres départements d'où elles avaient été également volées), ces archives ont été reclassées par le Service Historique de la Défense à Vincennes, ce qui explique leur retour tardif en décembre 2011 et juillet 2012. Entre temps, elles ont été numérisées et viennent d'être mises en ligne le 18 juillet 2014.

Les archives du fonds de Moscou restituées au département des Côtes d'Armor sont les registres matricules originaux des classes 1901 à 1909 provenant du fond du bureau de recrutement de Guingamp. Il s'agit de 22 registres qui viennent donc de rejoindre leur site légitime de conservation.

Les archives des Côtes d'Armor ont profité de cette mise à jour pour compléter les registres matricules avec la numérisation des états de service des classes d'âge allant de 1910 à 1921. Il s'agit des fonds des bureaux de recrutement de Guingamp, Saint-Brieuc et Saint-Brieuc/Dinan, soit les registres matricules originaux depuis la classe 1910, les jeunes gens nés en 1890, jusqu'à la classe 1921, c'est-à-dire les jeunes gens nés en 1901. À cela s'ajoutent les répertoires, les tables alphabétiques ou numériques correspondants, soit 205 articles.

Les tables et registres du recensement militaire sont donc consultables gratuitement sur le portail des archives depuis 1867 jusqu'à 1921, ce qui inclut la possibilité de retrouver le parcours militaire de son aïeul dans la Grande guerre. Dans le cadre de la commémoration du Centenaire, ces 331.000 vues sont donc les bienvenues.

Il n'y a pas de commentaire

Plan du site La Revue française de Généalogie