L'open data aux Archives, c'est maintenant !

Catégorie : Archives, France  |  le 19 Juillet 2012 par Guillaume de Morant

L'été, c'est le moment de la publication de la traditionnelle enquête statistique des services d'archives en France. Cette volumineuse série de chiffres sur l'activité 2011 vient d'être publiée par la direction des Archives de France. Elle porte sur les services d'Archives départementales et d'Archives communales et intercommunales (cette dernière catégorie en attente de publication). Certes, le pavé est particulièrement indigeste avec des colonnes et des colonnes de chiffres divisés en 11 grands chapitres (*). Mais en cherchant bien, on peut y trouver des éléments intéressants pour les généalogistes...

Ainsi vous pouvez vérifier dans votre département les montants affectés à votre service départemental d'archives, le nombre de personnel d'Etat y étant affecté. Vous pourrez aussi juger du travail effectué, en tous cas sous l'angle abrupt des chiffres : accroissement des fonds en mètres linéaires, total des fonds munis d'un instrument de recherche, microfilms réalisés dans l'année. Vous pourrez également mesurer la saturation des locaux avec le métrage linéaire disponible au 31 décembre (on voit que dans certains départements, la cote d'alerte est au maximum, par exemple, dans les Hautes-Alpes, il ne reste plus que 32 mètres linéaires disponibles...).

Ah, voici les chiffres de la numérisation : l'impression générale, c'est que ça scanne à tour de bras, sauf dans certains départements, véritables parents pauvres de la numérisation (cherchez les noms vous mêmes, à partir de la page 13). Du côté des mises en ligne, c'est là aussi le même genre de fracture entre une majorité de départements qui disposent d'un site Web et l'alimentent en documents numérisés et une poignée de collectivités qui restent à la traîne... (à partir de la page 16).

Les chiffres de la communication en salle de lecture vont vous montrer que le pourcentage de lecteurs généalogistes est de plus en plus variable : faible dans les villes universitaires où les chercheurs scientifiques restent nombreux et fort dans les départements qui n'ont pas grand chose en ligne et loin des facs d'histoire et de sciences... Sans surprise, le nombre de consultations en ligne explose : 100 millions de pages vues sur le site des Archives du Nord, un record.

En publiant tous ces chiffres depuis de nombreuses années, les Archives de France jouent la transparence et offrent ainsi à tous les curieux et chercheurs et citoyens l'opportunité de comparer l'activité sur plusieurs exercice. Profitez-en, l'open data, c'est maintenant !

(*) Données des services d'archives départementales par ordre alphabétique des départements - 2011 : fichier PDF.

Liste des chapitres

  1. Personnel et budget (page 1)
  2. accroissement des fonds (page 4),
  3. instruments de recherche (page 4),
  4. conservation et restauration (page 7),
  5. occupation de l'espace et nouveaux équipements (page 10),
  6. numérisation (page 13),
  7. mise en ligne (page 16),
  8. communication (page 19),
  9. consultation en ligne (page 22)
  10. expositions et animations (page 25)
  11. contrôle scientifique et technique (page 28)

A savoir :

2 commentaires

trami le 20 Juillet 2012 à 17h48

Pas vu les Yvelines !

JCLB le 19 Juillet 2012 à 15h45

Dommage que le fichier ne soit pas exhaustif : pour ce qui concerne la métropole, il manque les chiffres concernant les départements de l'Aisne, de la Haute-Marne, de la Saône-et-Loire, du Tarn et des Côtes-d'Armor qui était, pourtant, un des départements précurseurs quant à la numérisation de ses fonds...

Plan du site La Revue française de Généalogie