Le payant, un frein très net à la consultation des archives en ligne

Catégorie : Archives, Calvados  |  le 30 Mai 2014 par Guillaume de Morant

En toute transparence et bien avant la mode de l'open data, les archives de France publient depuis des années leurs statistiques. Les chiffres 2013 sont là, et le moins que l'on puisse dire est que cette masse d'informations est riche d'enseignements. Si l'on s'intéresse uniquement à un phénomène (mais bien d'autres thèmes peuvent être étudiés), celui des sites d'archives payants, on s'aperçoit qu'un site gratuit attire bien plus de visiteurs. Et que dans une offre gratuite, les visiteurs consultent beaucoup plus de documents numérisés que sur un site payant.

Cette pierre est bien sûr à jeter dans le jardin des deux seuls sites d'archives départementales à pratiquer une politique d'accès sur abonnement pour une partie de leurs collections, généralement les plus consultées : le Calvados (14) et la Charente (16). La Charente a établi un péage pour le seul état civil ancien, tandis que le Calvados fait payer l'accès à l'état civil, le cadastre, les recensements de population et les registres matricules militaires (même pour le centenaire de 1914-1918 !), le département normand laissant l'accès gratuit à la presse ancienne, aux cartes, cartes postales, plans et photos anciennes.

Mais passons aux chiffres. Si l'on additionne les données fournies par la plupart des services d'archives à propos d'Internet (une poignée de départements n'ont pas répondu à l'enquête), cela donne un total de 1,9 milliard de pages et images vues, 47,9 millions de connexions sur les sites Web et 10 millions de visiteurs uniques. Soit dit en passant, de tels chiffres de fréquentation donnent le vertige et placent les sites d'archives en tête de la fréquentation des sites culturels en France. Mais là n'est pas la question...

Penchons nous à présent sur les statistiques des deux départements concernés par l'offre payante. En 2013, le site des archives du Calvados a recensé 18,5 millions de pages et images vues, a reçu 420.160 connexions et on ne connaît pas le nombre de visiteurs uniques. Cela fait une moyenne de 44 pages vues par connexion. Mais si l'on compare avec d'autres départements ayant un nombre comparable de connexions, il y a comme un bug : les départements gratuits montrent deux fois plus d'images par connexion ! Ainsi, le Cantal avec 415.000 connexions a montré 33,5 millions de pages et images (80 pages vues par connexion), l'Allier (417.000 connexions, pour 32 millions d'images vues, soit une moyenne de 76 pages), la Mayenne (423.000 connexions pour 28 millions d'images vues soit une moyenne de 66 pages), l'Oise (429 000 connexions pour 24 millions d'images vues, soit une moyenne de 56 pages). Seule la Vienne fait moins bien avec 438.000 connexions pour 964 999 images vues (soit 2,20 pages), mais ce dernier chiffre est si faible que l'on se demande s'il n'y a pas une erreur de calcul...

Les chiffres parlent également en défaveur de la Charente payante. En 2013, les archives de ce département ont reçu 217.802 connexions sur leur site Internet, soit 102.664 visiteurs uniques pour 1,49 million de pages et images vues. Puisque nous disposons ici du nombre de visiteurs uniques, calculons le ratio du nombre de pages vues par visiteur. Il est ridiculement faible : 14,5 pages par visiteur, alors que d'autres départements - à nombre de visiteurs comparable - affolent les compteurs : 315 pages vues par visiteur dans le Cantal, 257 pages vues par visiteur dans la Côte d'Or, ou encore 446 pages vues par visiteur dans les Deux-Sèvres...

Certes, cette analyse est assez sommaire et elle prend des chiffres généraux sans entrer dans le détail des fonds consultés, ni dans celui des outils de navigation proposés aux internautes. Par exemple, une bonne visionneuse et un bon serveur informatique incitent évidemment à cliquer et à tourner les pages. Mais les écarts entre sites gratuits et sites payants sont suffisamment importants pour être révélateurs. Alors que la communication -par tous les moyens- fait partie des missions des archives en France, comment deux départements peuvent-ils ignorer le poids de tels chiffres ? Mais rien n'est perdu, il est possible pour le Calvados et la Charente d'agir à tout moment. Quand la Savoie avait décidé de passer à la gratuité la consultation de son état civil ancien en ligne, n'avait-elle pas dès l'année suivante constaté un bond de 1,7 de la fréquentation de son site ?

Archives de France, données statistiques 2013 (et autres années).

6 commentaires

MP le 30 Octobre 2014 à 19h21

JE VIENS DE ME CONNECTER SUR LE SITE DES ARCHIVES DU CALVADOS;
LES REGISTRES MATRICULES SONT EN ACCES GRATUIT - TABLES GENERALES ET REGISTRES
UNE BONNE SURPRISE !

DOOS le 1 Septembre 2014 à 20h34

Habitante du Calvados et ayant mes ancêtres dans les trois départements bas-normands, j'ai utilisé les trois sites Calvados, Orne et Manche.Je trouve que le système de paiement mis en place par le Calvados est un frein à la consultation, car le payement se fait à la journée. Pour rentabiliser la mise il faut donc s 'installer devant son écran pour une journée ou au moins une demi journée. Or l'intérêt de l'accès facile et gratuit par internet est de pouvoir lire éventuellement un seul acte dont on a besoin au cours de ses travaux de recherches. Il ne faut pas oublier que le travail de recherche se fait aussi à domicile par la retranscription, le classement et la réflexion personnelle sur les pistes éventuelles. Or les généalogistes amateurs doivent aussi s'occuper de leur famille et de leurs affaires et n'ont parfois qu'une petite heure par jour pour consulter. Sinon autant revenir à l'ancien temps et prendre la voiture pour se rendre aux archives, mais alors tout le monde ne peut pas le faire.
Donc je pense au final que faire payer la consultation de l'état civil n'est pas du tout démocratique.

Plan du site La Revue française de Généalogie