La collection des Fermiers généraux de Meslay achetée par les archives du Loir-et-Cher

Catégorie : Archives, Loir-et-Cher  |  le 19 Avril 2014 par Guillaume de Morant

Le 31 mars 2014 devait avoir lieu à Vendôme une vente aux enchères exceptionnelle de 30.000 imprimés du XVIe au XIXe provenant du château de Meslay dans le Loir-et-Cher. Il s'agissait du cabinet juridique d'une famille de grands serviteurs du roi, le fermier général Jean-François de La Porte, seigneur de Meslay, son fils et son petit-fils, tous deux maîtres des requêtes, une des charges les plus élevées de l’administration royale. La vente a été annulée, à la grande satisfaction de toutes les parties, car une transaction de gré à gré est intervenue entre le Conseil Général soutenu par les Archives de France et un mécène anonyme et la famille propriétaire de ce fonds exceptionnel.

Le fonds rejoindra les archives départementales du Loir-et-Cher. Ce cabinet juridique, qui était conservé au château de Meslay depuis le début du XIXe siècle, contient de nombreux imprimés dont on ne trouve pas d’exemple dans les collections des Archives nationales et de la Bibliothèque nationale de France. "La Bibliothèque nationale en possède 12 mètres linéaires, nous en avons ici 33", avait indiqué le commissaire-priseur. Loin de la légende noire des fermiers généraux du XVIIIe siècle, il témoigne du grand intérêt que ses propriétaires portaient au cadre juridique de leur charge.

Jean-François de La Porte a profondément transformé sa seigneurie de Meslay : il fit reconstruire son château par Jules-Michel Hardouin et installa une manufacture de cotonnades au village. Son fils et son petit-fils, tous deux intendants et hommes de justice, enrichirent la bibliothèque commencée par le fermier général. Le prix d'achat a été révélé par le commissaire-priseur Philippe Rouillac qui avait découvert ce trésor méconnu dans les greniers du château de Meslay et en avait fait l'inventaire : 65.000 euros, frais de vente compris. L'annonce de la vente avait suscité l'intérêt de grandes institutions comme la bibliothèque de l'université américaine de Stanford ou des investisseurs chinois. L'achat par le Conseil général préserve l'unité de ce fonds.

L'annulation de la vente aux enchères filmée par le Petit Vendômois-TV

Il n'y a pas de commentaire

Plan du site La Revue française de Généalogie