Une réserve d'annotateurs pour les archives de la Martinique

Catégorie : Archives, Martinique  |  le 29 Septembre 2016 par Guillaume de Morant

L'annotation collaborative a le vent en poupe, mais c'est vrai, le résultat n'est pas toujours fiable et les noms, dates et lieux indexés par les bénévoles comportent parfois des erreurs. Les archives de Martinique semblent avoir trouvé une solution, raconte un article de France Antilles : former les bénévoles !

C'est ainsi qu'un appel aux bonnes volontés a été lancé par une annonce dans le journal et que 65 volontaires ont été sélectionnés afin de former une réserve d'annotateurs. Le but : acquérir une expertise suffisante pour ensuite participer au programme d'indexation collaborative des ressources en ligne de la Banque numérique des patrimoines martiniquais.

Généalogistes débutants ou confirmés, historiens, étudiants-chercheurs ou passionnés d'histoire martiniquaise vont dans un premier temps s'attaquer aux registres d'état civil des « libres » (avant 1848), récemment intégrés dans le portail.

L'annotateur bénéficie d'aide et de conseils à la lecture et à la compréhension des actes d'état civil, à l'utilisation du logiciel Excel dans le cadre de séances de formation animées par les Archives. C'est aussi un engagement moral : il doit fournir le travail le plus rigoureux et le plus précis possible, dans le respect des règles fixées par les Archives.

Le travail se fait en groupe, chaque vendredi matin, encadré par un ou plusieurs agents. Tout est fourni, les postes informatiques, la grille de saisie Excel, le manuel. Les bénévoles ne travaillent que sur une sélection de documents à indexer.

Une fois ces règles établies, ce n'est évidemment pas le bagne : chacun travaille à son rythme, sans objectif de résultat. Mais un contrôle est réalisé a posteriori, quand des erreurs sont détectées dans les informations saisies, les encadrants modifient les annotations erronées.

L'annotation collaborative remporte beaucoup de succès dans les différents services d'archives en France métropolitaine. Mais la question de la rapidité et de la fiabilité reste toujours ouverte. Les archives de Martinique apportent en tous cas une réponse à ce défi généalogique.

Liens

Il n'y a pas de commentaire

Plan du site La Revue française de Généalogie