Edouard Philippe : une généalogie très intéressante !

Catégorie : Célébrités, Seine-Maritime  |  le 17 Mai 2017 par Jean-Louis Beaucarnot

Edouard Philippe

Né au Havre, le nouveau Premier ministre porte un patronyme TRÈS courant, qu’il partage avec plus de 10.000 foyers français, majoritairement concentrés en Bretagne, en Normandie et dans le Nord.

Fils d’un couple d’enseignants, très discret sur sa famille, il se contente d’évoquer un grand-père docker et un arrière-grand-père qui aurait été l’un des premiers communistes du Havre. Pour le côté généalogique, tout restait donc à découvrir, du moins du côté paternel, le côté maternel étant quant à lui déjà bien connu, pour avoir été exploré par quelques chercheurs de sa parenté, à commencer par son oncle, qui a déposé sur Geneanet un bel arbre généalogique, remontant sur pas moins de 20 générations.

On y verra que née LAHOUSSE, la mère d’Édouard Philippe est issue d’un couple originaire du Nord, dont les racines, comme on peut le voir, son concentrées dans le Nord, le Pas-de-Calais et aussi en Belgique. Sauf par une arrière-grand-mère, native de Cannes, qui dote le nouveau locataire de Matignon de racines dans le Vaucluse, le Var et la Drôme, avec comme chez Emmanuel Macron, une aïeule institutrice (Françoise ROUX, 1858-1953, née à Toulon et décédée à Lille)…

Avec aussi, en insistant bien sur certaines branches, un rameau "toboggan" conduisant par les CAULIER d’Arras jusqu’à Hugues Capet – comme Emmanuel Macron et tant d’autres bien sûr – et aussi à Guillaume-le-Conquérant, comme on le verra sur l’arbre généalogique de Jérémie Doyen.

Totalement inexploré à ce jour, le côté paternel réserve lui aussi son lot de découvertes. Avec d’abord des ancêtres normands, originaires de Oinville (BELVERGUE), Angerville-la-Martel , Criquetot-l’Esneval (RIOULT) et surtout des environs du Havre : Bléville (CARPENTIER, LAVENU, CHAMBRELAN…), Octeville (LECLERC, LEMAITRE) et Sanvic, tous des ancêtres modestes, ayant exercé les professions de mareyeurs, menuisiers, jardiniers et surtout des journaliers.

La lignée des PHILIPPE n’était arrivée dans la région du Havre que dans les années 1875, avec un ancêtre journalier, natif de Saint-Etienne-l’Allier, dans l’Eure, où l’on va remonter plusieurs générations de menuisiers, passant par un certain Louis PHILIPPE, marié en 1724 à Françoise Lecointre et manifestement petit-fils d’un certain Pierre PHILIPPE, né vers 1625/30 et déjà établi dans ce village du Lieuvin.

Plus inattendus, un ancêtre italien, établi dans le pays de Caux (MONTI) et une arrière-arrière-grand-mère, fille de cordonnier, née bien loin de l’embouchure de la Seine, pour avoir vu le jour… à Château-Chinon, en plein Morvan. Une aïeule dotant notamment notre premier ministres d’aïeux à Autun, Saint-Léger-sous-Beuvray et dans le village de Glux, où vivaient les grands-parents d’Arnaud Montebourg. Une branche qui pourrait bien valoir, par les DOUHÉRET, DESBROSSES, VILBOEUF, BROCHOT, DUVERNOY… et autres vieilles lignées locales, quelques parentés surprises ! Le travail ne fait que commencer…

Ce livre pourrait vous intéresser : Le Dico des politiques de Jean-Louis Beaucarnot

10 commentaires

Gilles QUEDEVILLE le 26 Mai 2017 à 17h00

Edouard PHILIPPE cousine avec plus de 50 célébrités de Seine Maritime dont Bourvil, Françoise DORIN, David DOUILLET, Anny DUPEREY, Thomas PESQUET, Emmanuel PETIT, Armand SALACROU ou Paul VATINE

Mireille le 26 Mai 2017 à 07h10

J'ai entendu dire que le patronyme Philippe pouvait désigner des enfants abandonnés près du pont Louis-Philippe à Paris où se trouvait un réceptacle pour qu'ils soient recueillis par des sœurs. Qu'en pensez-vous ?

Plan du site La Revue française de Généalogie