Fillon et Copé : deux hommes, deux généalogies

Catégorie : Célébrités  |  le 17 Novembre 2012 par Jean-Louis Beaucarnot

Fillon Copé

C'est le match du dimanche. Qui sera à la tête de l'UMP ? Connaissez-vous bien les deux candidats ?

La généalogie de François Fillon, que nous avons déjà évoquée en novembre 2010, nous conduit dans plusieurs régions

Du côté patronymique, en Vendée, où les ancêtres paysans habitaient près du Puy-du-Fou.

Du côté maternel :

  • d’abord dans la Sarthe, où les racines s’enfoncent profondément dans les localités au nord du Mans…
  • en Normandie (Le Havre, puis le Calvados, la Manche…, avec un insolite couple GAUDIN-DEBRAIZE…
  • au Pays-Basque, notamment à Esquiule, où les BEDECARATS/GARAX, font manquer de peu une parenté avec Martine Aubry,
  • en Berry, avec les les DESSOUBRAIS, conduisant notamment dans la région de Sassierges-Saint-Germain, dans l’Indre, où se dessine une très lointaine parenté avec Dominique de Villepin et où l’on trouve la famille Thierry – celle du milliardaire vénitien dont la succession n’a toujours pas été réglée – Adam Fumée, médecin de Charles VII et Louis XI, et par la femme de ce dernier, Hugues Capet, en passant par Guillaume-le-Conquérant…

Passons à la généalogie de Jean-François Copé.

Ses ancêtres paternels, juifs ashkénazes, étaient originaires de Bessarabie, où le patronyme – qui a comme je l’ai écrit changé pas moins de quatre fois en un demi-siècle – était à l’origine Copel, avant de devenir Copelovici, au lendemain de la grande guerre.

C’est le grand-père de François, Marcu Hirs Copelovici (naturalisé sous le prénom de Marcel), médecin, natif de Jassy, en Roumanie, qui viendra en France, où il se mariera à Charenton, près de Paris, en 1929, avec Gisèle LAZEROVICI, fille d’une STERN, tante des musiciens Marcel et Emil Stern (d’où des quartiers BITTMANN, HABERMANN…, tous de Roumanie et d’Europe de l’Est).

Ses ancêtres maternels, Juifs sépharades, conduisent en Algérie, et notamment à Alger, avec une famille française et bourgeoise : père avocat, grands-pères commerçants et même, pour l’un d’eux, conseiller au Commerce extérieur. Des notables fortunés ayant investi dans l’immobilier, mais qui ont réussi à force d’efforts et dont les origines étaient modestes : ancêtres merciers, brocanteurs, tailleurs, bijoutiers, passementiers ou pour certains rabbins… Des ancêtres établis notamment à Milana, dans la « Vallée des Cerises », depuis de nombreuses générations, et porteurs de patronymes très classiques, comme GHANASSIA, BOUKHABZA, SOUSSI, BENSIMON, LASKAR, TEMINE, ATTIA, HADJADJ, MESGUICH, KALFON, CHICHE, BENICHOU, NEBOTH…

Une généalogie qui a pu être assez bien reconstituée, sur la lignée maternelle, jusqu’aux septième et huitième générations, mais qui n’est actuellement en ligne sur aucun site….

© Christophe Russeil / France Télévisions

Il n'y a pas de commentaire

Plan du site La Revue française de Généalogie