Affaire Grégory : et si la généalogie aidait à mieux comprendre ?

Catégorie : Célébrités, France  |  le 06 Août 2017 par Jean-Louis Beaucarnot

Les Villemin, les Laroche, les Jacob et les Bolle sont les patronymes clés de cet horrible drame familial où l’intrigue se déroule au travers de l’arbre généalogique. Mais si justement, la généalogie apportait quelques réponses, pourquoi pas ?

Pour approcher l’affaire Grégory sous cet angle, et d’abord pour mieux en comprendre les méandres, on trouvera de nombreux arbres généalogiques, à commencer par celui présenté sur Wikipédia et aussi d’autres, plus détaillés, dont celui-ci.

On pourra ensuite explorer l’arbre ascendant de l’enfant assassiné en octobre 1984, via celui mis en ligne par Anne Pierrot, de Marly, sur Gene@star. Un arbre bourré de patronymes bien locaux : BAILLY, JACOB/JACOT, ANTOINE, GEORGE, EVRARD, GAUDEL, RIVAT, MARCHAL, JEANDEL… souvent teinté d’endogamie (comme avec les nombreux porteurs du patronyme GAUDEL).

Un arbre étonnamment limité au plan géographique, aux racines concentrées dans les Vosges, entre Saint-Dié et Épinal et ne quittant quasiment pas la vallée de la Vologne : Lépanges, Herpelmont, Jussarupt, Laveline, Bruyères…, à Plainfaing, Fraize, Ban-sur-Meurthe et de là vers le Haut-Rhin (Le Bonhomme), ou plus au sud, à Vagney, avec aussi quelques incursions dans le Bas-Rhin (Russ).

Un arbre aux lignées modestes, à commencer par les VILLEMIN (alias VILMIN), très classique famille paysanne, connue au hameau de Fays, à Champ-le-Duc, depuis Jacques alias Jacot, né vers 1613. Un arbre très homogène, avec bien sûr quelques coqs de villages (maires, gruyer, greffiers…) et aussi plusieurs gentilshommes de Laveline, dont on découvrira la curieuse origine, remontant au temps où le duc de Bourgogne, Charles-le-Téméraire, guerroyait en Lorraine, sur ce site.

Un arbre très vosgien donc, comme l’est celui des BOLLE – alors que les LAROCHE étaient quant à eux venus de Haute-Saône – mais un arbre ne présentant que la branche paternelle. La branche maternelle (BLAISE, CHATEL…), originaire de Petitmont, en Meurthe-et-Moselle, n’étant venue que récemment dans la région, reste à ce jour inconnue au plan généalogique et conduit à se demander si son étude et sa mise en parallèle avec la famille paternelle ne seraient pas intéressantes. Un lecteur la connaîtrait-il ?

1 commentaire

Gregor rit le 9 Août 2017 à 21h33

On vous a connu plus inspiré M. Beaucarnot, qu'insinuez-vous au juste ? Que la consanguinité entraîne des pulsions meurtrières ? Hormis ce sous-entendu malsain et choquant, je ne vois pas en quoi la généalogie pourrait apporter une quelconque réponse !

Plan du site La Revue française de Généalogie