L'arbre généalogique de Raphaël... de Monaco

Catégorie : Célébrités, Monaco  |  le 19 Décembre 2013 par Jean-Louis Beaucarnot

Charlotte Casiraghi et Gad Elmaleh

Si certains journalistes se demandent si le bébé né le 17 décembre 2013 à Monaco sera circoncis ou baptisé, nul ne se pose la question de savoir quel nom il portera… Elmaleh ? Casiraghi ? les deux ? ou encore Grimaldi, si le hasard le portait un jour sur le trône monégasque, puisqu’il serait le sixième, dans l’ordre actuel de la succession au trône. À condition que ses parents se marient, sauf qu’à ce plan-là, les choses s’arrangent toujours, d’autant plus que l’on a un beau précédent, avec la mère du prince Rainier, née d’une liaison du prince Louis II avec une simple lingère.

Côté généalogie, l’arbre de cet enfant prénommé Raphaël, fils de Charlotte Casiraghi et de Gad Elmaleh, est évidemment on ne peut plus éclectique.

Avec la famille paternelle, juive du Maroc, et son nom issu de l’arabe ‘al-malîH, signifiant « le gracieux », « le charmant » (alors que pour d’autres , El Male'h signifie "le salé"). Le grand-père, Judha Elmaleh, descendu de son village de Tashenchit, dans le Haut-Atlas, pour travailler comme quincailler à Casablanca, les BENSMIHAN et les ASSOR…

Avec la famille Casiraghi, un patronyme italien typique de Lombardie, issu du nom d’un hameau de Monteveccia, nommé Casirago (formé du suffixe "ago", signifiant aiguille, autrement dit "le pic de César"). Une famille aux origines très modestes. Le père de Stefano, Giancarlo Casiraghi, fils d'un simple garde-barrière et petit instituteur de la localité de Chiavenna, près de la frontière suisse, avait débuté dans le commerce du charbon et des poêles, en épousant Fernanda Biffi, fille d'un bougnat de la banlieue de Milan. Un homme qui devait édifié à la sueur de son front et à la faveur du miracle économique italien, son empire industriel d’entreprises d'air conditionné.

Avec aussi la famille de Grace Kelly, née d’un père médaillé olympique d’aviron, qui avait fondé une briqueterie très prospère et était devenu maire de Philadelphie et d’une mère, ancienne championne de natation et mannequin de mode, couple qui avait été en son temps la parfaite incarnation du "rêve américain". Un père issu d’une famille irlandaise catholique, fils de John Henry Kelly, immigré en 1869 de Newport, dans le comté de Mayo, en Irlande et établi aux Etats-Unis, où la famille de son épouse, Mary Anne Costello, elle aussi irlandaise, était arrivée deux ans plus tôt. Une mère, née von Majer. Une Allemande, originaire de Tübingen, en Bade-Würtemberg et de Hesse (voir ascendance de Grace Kelly sur l’arbre déposé en ligne sur GeneaNet par Serge Wendling).

Il n'y a pas de commentaire

Plan du site La Revue française de Généalogie