Les racines familiales de Michel Galabru

Catégorie : Célébrités, Hérault  |  le 04 Janvier 2016 par Jean-Louis Beaucarnot

Michel Galabru

Présentée dans notre n° 128 par Luc Antonini, la généalogie de Michel Galabru, né à Safi, au Maroc, en 1922, est aujourd’hui bien connue, avec un arbrisseau déposé sur Geneastar par François Rivallain.

Sa famille a son berceau dans les monts d’Orb, aux confins des deux départements de l’Hérault et de l’Aveyron, dans la région du Clapier, où les ancêtres étaient de classiques paysans. Une lignée, originaire de Ceilhes-et-Rocozels, où elle peut être remontée jusqu’à un ancêtre prénommé Jacques. Né vers 1580, il avait épousé Pascale Fabreguettes, avec laquelle il vivait au hameau de La Blaquière.

Un homme nommé tantôt GALABRU et GALABRUN - le patronyme ne cessant autrefois d’osciller entre ces deux formes – pour être issu d’un vieux mot occitan soit galabrun, désignant une étoffe couleur des plumes de dinde, soit galabre, désignant le dindon, avec alors, au sens figuré, les surnoms possibles d’un jeune homme entreprenant ou d’un vieux garçon…

Paysans, les Galabru iront de ferme en ferme et de village en village, restant toujours fidèles à leur région, jusqu’à ce que l’arrière grand-père de l’acteur, Fulcran Théodore Galabru, décide un beau matin de prendre, comme l’on dit familièrement, ses cliques et ses claques et de s’en aller voir ailleurs.
Né en 1829, cet aïeul était un véritable personnage de Giono. Illettré, il a parcouru les Cévennes à pieds, pour vendre des vêtements dans les fermes et sur les foires, ce qui lui valut de se voir surnommé "Pantalon". Fortune faite, il ouvrira des magasins dans plusieurs localités de la région et fera faire des études à ses enfants.

Un de ses fils, le grand-père de Michel, deviendra ainsi médecin et épousera la fille d’un confrère, auquel il succèdera, et une de ses filles, bien dotée, épousera un châtelain, faisant dire à Michel qu’"en deux générations, la famille de Pantalon était passée de la bouse de vache au Bottin mondain". Le médecin aura à son tour un fils, diplômé des Ponts-et-Chaussées, qui dirigera le port de Casablanca : voilà comment le plus connu des Galabru a vu le jour en Afrique du Nord.

Côté paternel donc, on trouve les Galabru et les Ferret (notables du Poujol-sur-Orb, dans l’Hérault).

Côté maternel (Payré), si l’on bute sur un couple d’arrière grands-parents (Jacques PAYRÉ, serrurier, et Honorine LAURE, apparemment originaires de l’Ariège et de l’Aude, mais dont la généalogie reste à ce jour inexplorée – à moins qu’un lecteur ne la connaisse), on connaît mieux la famille de la grand-mère, Jeanne Henrion, avec un bel arbre déposé sur Geneanet par René Labrune montrant les racines faire le grand écart entre l’Hérault (Saint-Geniès-de-Fontedit)… et l’Yonne (avec les Henrion, de Merry-la-Vallée, qui livrent notamment un ancêtre sonneur de cloches ! En même temps qu’un maçon marchois, natif de Laurière, en Haute-Vienne).

Photo : "Michel Galabru 1999" par Christian d'Aufin. CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons

3 commentaires

debrit le 5 Février 2016 à 06h00

L'arbrisseau sur Généastar a un peu progresser,avec les réserves d'usage
et l'ascendance Payre
Cordialement.
Jean

bongeant le 6 Janvier 2016 à 06h51

" ...si l’on bute sur un couple d’arrière grands-parents"
étonnant , comme lecteur on trouve la réponse là:
http://gw.geneanet.org/jgagnoulet?n=payre&oc=1&p=jacques

Plan du site La Revue française de Généalogie