Les racines familiales de Raymond Aubrac

Catégorie : Célébrités, Haute-Saône  |  le 12 Mai 2012

Raymond Aubrac

Né à Vesoul, en 1914, le grand résistant Raymond Aubrac se nommait à l’état civil Raymond Samuel. Dans la Résistance, il a choisi le pseudonyme Aubrac, non pas en référence au massif montagneux mais au "Commissaire Aubrac", héros d’une série policière alors très en vogue.

Il était le fils d’Albert Samuel et de Hélène Falck, commerçants aisés de très anciennes souches juives.

Sa famille paternelle

Originaires de Moselle, les Samuel, au lendemain de Sedan, avaient choisi la France. Né à Moulins-les-Metz en 1851, Salomon, le grand-père, avait opté pour la nationalité française à Harville, dans la Meuse, tout près d’Etain, où il épousera sa cousine germaine, Julienne Bernard, en 1875, avant d’aller s’établir à Vesoul.

Les SAMUEL comme les BERNARD étaient de Vantoux, en banlieue de Metz. Le père de Salomon, Moïse, époux de Thérèse Bernard, y était marchand de bestiaux, et celui de Julienne, Baruch (ou Bariche) Bernard – frère de Thérèse – y était laitier.

La famille y avait longtemps porté le patronyme WOLFF, pour prendre celui de SAMUEL en souvenir d’un ancêtre prénommé ainsi, décédé en 1804. La lignée était connue depuis un certain Benjamin Wolf, né vers 1630 et décédé à Vantoux en 1690, alors que les BERNARD conduisaient à Boulay, avec les RHEIMS, les BLUM, les STRASBOURG… et les VORMS, ces-derniers de Bionville-sur-Nied, et plus loin, avec la diaspora, des ancêtres éclatés entre Prague et les Pays-Bas.

Sa famille maternelle

Née à Crest, dans la Drôme, sa mère était également fille d’un couple de commerçants juifs, Camille FALCK et Rosa LÖB.

Alsaciens, les FALCK avaient eux aussi fui l’Allemagne, pour s’établir d’abord à Albertville, en Savoie, où trois Falck avaient épousé trois Löb, de nationalité suisse. Rosa née à Avenches était la fille d’un couple Löb / Löb, famille autrefois nommée LÉVY, originaire de Hagenthal-le-Bas, dans le Haut-Rhin tout près de Bâle.

Les Falck étaient de Diemringen, dans le Bas-Rhin, à la limite de la Moselle (où ils sont connus depuis Samuel, né vers 1780, décédé en 1861 et fils de David). Ils s’étaient alliés aux LEVY, d’Ingwiller, aux KAHN, de Blies-Brücken et aux LIPPMANN, de Bergheim…

La famille de Lucie

Lucie Aubrac se nommait elle aussi Bernard, sans avoir de lien avec les précédents. Née à Paris en 1912, elle était la fille d’un couple de Saône-et-Loire, Louis Bernard, né à Salornay-sur-Guye, et Louise Vincent, née à La Chapelle-de-Guinchay, qui avait leurs racines en Clunisois, Charolais et Mâconnais (Sigy-le-Châtel, Saint Marcelin-de-Cray, Serrières, Chaintré, Saint Martin-de-Salencey…) avec les familles Gautheron, Patissier, Dailly, Berger… sans oublier les Sainsaine, de Pressy-sous-Dondin, par lesquels elle cousine avec l’ancien ministre Luc Chatel (voir ici l’arbre en ligne déposé sur GeneaNet par Matthieu Ruys).

Remerciements à Mme S. Brenner, des Archives municipales de Vesoul (70).

Il n'y a pas de commentaire

Plan du site La Revue française de Généalogie