Il cherche les traces de "Justes" du Périgord sous l’Occupation

Catégorie : Histoire, Dordogne  |  le 28 Août 2017 par Guillaume de Morant

Le journal Sud-Ouest, en cette fin de vacances 2017, nous rappelle que les étés sous l'Occupation, s'ils furent aussi chaud que 2017, ne furent guère souriants en Dordogne, notamment pour les frères Elie et Henri Spielvogel et leur sœur Rebecca-Gisèle. Le quotidien nous raconte la quête de vérité du fils d'un déporté, un temps réfugié dans le Sarladais, avant d'être arrêté.

La famille avait quitté Paris en raison des menaces contre les Juifs, -leur frère Félix ayant été déporté dès 1941-, et s'étaient réfugiée loin dans le Sud, à Vézac, pour tenter d'y échapper. Sans succès. 75 ans plus tard, c'est le fils d'Elie, Pierre Spielvogel, venu spécialement cet été en Périgord, qui veut en savoir plus sur le parcours de son père en Dordogne. Il a découvert que celui-ci, arrêté et déporté dans la rafle de Périgueux en juillet 1943, a pu bénéficier auparavant d'un réseau local de solidarité. Son but est de retrouver les descendants de ceux qui ont aidé sa famille.

« Avant son arrestation, mon père avait trouvé refuge à Vézac chez un paysan, Baptiste Cerrou », raconte Pierre Spielvogel à Sud-Ouest, en précisant que son père est revenu des camps de concentration. Il a pu retrouver le fils de M. Cerrou, aidé par la maire de Castelnaud-la-Chapelle. D'autres personnes ont rendu des services. Par exemple, Marguerite Huffmann, propriétaire du château de Fayrac, a écrit une lettre au camp d'internement où avait été placée Rebecca-Gisèle, pour la réclamer comme aide cuisinière. Le subterfuge n'a malheureusement pas convaincu les nazis. Une cousine de la châtelaine a toutefois pu être retrouvée cet été.

Pierre Spielvogel a également reçu le soutien de Bernard Reviriego, ancien conservateur du patrimoine et auteur de l’ouvrage « Les Juifs en Dordogne ». Puis ce sont les Archives départementales de la Dordogne qui l'ont mis sur la piste de Roger Drony. Celui-ci s'était porté garant de son père alors qu’il ne le connaissait pas. Mais là, pour l'instant, aucun descendant de ce courageux "Juste" n'a pu être retrouvé. C'est l'objet de l'appel lancé par Pierre Spielvogel.

Liens

Il n'y a pas de commentaire

Plan du site La Revue française de Généalogie