Filae révolutionne la généalogie sur Internet

Catégorie : Médias Web, France  |  le 06 Décembre 2016 par Guillaume de Morant

Il fallait bien Stéphane Bern, avec sa voix enjouée et son humour pour présenter la nouvelle offre "révolutionnaire" du portail Filae. L'ex-généalogie.com vient de lancer, mine de rien, une petite révolution dans le monde feutré de la généalogie. Ce lundi 5 décembre 2016, le portail a brusquement changé d'échelle. Il est passé de 10% à quasiment 100% de l'état civil français du XIXe siècle, interrogeable en ligne dans tous les départements métropolitains, à l'exclusion du Gard, du Gers, du Jura et des Hautes-Pyrénées.

L'ensemble représente plus de 100 millions de pages d’état-civil contenant 200 millions d’actes. Sont indexés les actes de naissances de plus de 120 ans révolus, les actes de mariages de plus de 104 ans révolus et les actes de décès de plus de 75 ans révolus. Selon les recommandations de la CNIL, les mentions marginales ont été masquées de façon systématique sur tous les actes.

Avec cette offre, tout curieux, tout généalogiste, chercheur ou historien peut désormais remonter sa généalogie sur plusieurs générations, sans effort de recherche particulier, puisque tous les patronymes sont indexés. Un seul outil est nécessaire : un ordinateur connecté à Internet, un clavier pour taper son nom et un écran pour découvrir, petit à petit, son arbre généalogique et les noms de ses aïeux dénichés par le moteur de recherche. La proposition de Filae est pour l'instant sans équivalent.

Mais comment ce petit miracle est-il possible ? Pour parvenir à ce résultat, Filaea a téléchargé -les mauvaises langues disent a aspiré- l'intégralité des données de l'état civil ancien proposé par les services d'archives départementales. Sans plus de formalité et "par courtoisie", leurs directeurs ont été informés par courrier. Car sur le plan légal, Filae s'est engouffré dans la brèche de l'open-date ouverte par les lois Valter (relative à la gratuité et aux modalités de la réutilisation des informations du secteur public) et Lemaire (pour une République Numérique) : depuis le 1er décembre 2016, la réutilisation gratuite des données publiques est la règle, les anciennes licences sont caduques.

Pour ce lancement sans précédent, Filae a vu les choses en grand : après une période d'accès gratuit au service, le tarif est en baisse et passe à 6 euros par mois, et de nombreux services qui étaient auparavant réservés aux abonnées deviennent gratuits comme la navigation, l'impression des arbres, ou la recherche géographique.

Lien

111 commentaires

Franck TOMI le 17 Décembre 2016 à 12h43

De la même manière, j'accepte à raison quand vous me faites la remarque sur l'erreur d'orthographie sur le mot tort. Nobody is perfect

Franck TOMI le 17 Décembre 2016 à 10h57

Bonjour Christine,

Je n'ai rien contre les femmes, il y en beaucoup qui maîtrisent l'informatique aussi bien ou mieux que certains hommes. Donc ma remarque n'est en aucun sexiste, juste j'ai pris le temps de lire. Je ne suis pas allé analyser l'erreur 500 mais juste vous rapporter le message qui permettait de contourner le problème actuel.

Certes ce site est géré par "Archimaine" mais comme je l'ai posté auparavant il y a d'autres prestataires qui ont été indexés. Donc le "conflit d'intérêts" est très étendu.

Moi je vois un autre conflit d'intérêts quand un ancien directeur d'AD parle de marchands du temple depuis des années, et soutient une association qui elle même sur sa page FB utilise des données du dit site. Il ne faut critiquer celui ci et être dedans.

Je précise que je n'ai aucune action dans ce groupe, mais étant pragmatique je regarde les éléments à charge et décharge.

Plan du site La Revue française de Généalogie