Pour FamilySearch, la France mérite un rayonnement généalogique plus important

Catégorie : Médias Web, France  |  le 24 Mai 2014 par Guillaume de Morant

Après les patrons d'Ancestry et de MyHeritage, voici la suite de notre série sur les multinationales de la généalogie avec le PDG de FamilySearch. Dennis Brimhall ne manque pas de projets pour la France, mais à vrai dire, le portail généalogique des Mormons est toujours un peu en stand-by dès que l'on parle de développement dans notre pays. "La CNIL nous a donné un accord, mais nous sommes encore en attente d'une clarification de la législation, notamment avec la future loi sur le patrimoine", explique t-il. FamilySearch est présent en France finalement depuis peu de temps, puisque la véritable version française du site date de seulement de l'année dernière.

Cependant, l'église des Saints des derniers jours agit dans le domaine de la généalogie dans notre pays depuis les années 1960, lorsqu'elle a signé pour la première fois un accord avec les archives de France pour le microfilmage des registres d'état civil anciens. Aussi, le staff de FamilySearch connaît parfaitement les rouages et les circuits de décisions dans les archives françaises : "Nous sommes entrés en négociation avec certains services d'archives départementales et municipales", annonce Dennis Brimhall. "Nous voudrions faire comprendre aux archivistes français que notre action est complémentaire et qu'elle peut donner un accès international à leurs sites. J'observe qu'aucun portail Internet d'archives françaises ne comporte de traduction anglaise. De ce fait, ces sites sont très difficiles d'accès pour ceux qui ne parlent pas votre langue".

En français, en anglais et même dans toutes les langues, le patron de FamilySearch voudrait partager l'indexation des noms présents dans les documents d'intérêt généalogique et diffuser cette connaissance sur les sites de généalogie mondiale, dont le portail FamilySearch. "Cela pourrait donner à l'état civil français un rayonnement bien plus important dans le monde entier". Lors du dernier Rootstech, la grande manifestation généalogique et technologique organisée par FamilySearch en février dernier à Salt Lake City, Dennis Brimhall a lancé un grand appel aux généalogistes et bénévoles du monde entier à propos des registres de migration, d'archives de la guerre civile, du centenaire de la première guerre mondiale, des recensements américains et de tout projet d'indexation américain ou européen : "Nous n'y arriverons pas seuls, aidez nous à indexer !".

Le patron de FamilySearch a fait ses calculs : "Notre organisation, avec l'aide d’un nombre incalculable de bénévoles a déjà archivé, conservé et mis en ligne grâce à l'indexation, plus de 3 milliards de noms. Cette tâche a pris 100 ans. Mais il reste à scanner et à indexer plus de 5,3 milliards de noms. Au rythme de travail actuel, cela demanderait aux bénévoles de FamilySearch environ 300 ans pour y parvenir". Ayant déjà passé des accords avec Ancestry.com, Findmypast, MyHeritage et d'autres organisations, Dennis Brimhall estime qu'ensemble, ce travail peut être fait en une génération soit 20 ou 30 ans...

Lire aussi :

Il n'y a pas de commentaire

Plan du site La Revue française de Généalogie