Ouverture de la bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux

Catégorie : Nouveautés, France  |  le 04 Avril 2013 par Guillaume de Morant

La Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux (BVMM) vient d'ouvrir sa salle de lecture virtuelle au grand public. Certes, les chances de trouver une mention concernant vos aïeux sont minces, dans l'un des 1.000 manuscrits reproduits intégralement en couleur, 600 autres en noir et blanc, ainsi que la reproduction des décors de 4.200 manuscrits et incunables (ouvrages imprimés antérieurs au 31 décembre 1500). Mais ces richesses des bibliothèques publiques de France sont désormais accessibles à tous, gratuitement et en quelques clics.

Sous l'égide du CNRS, cette bibliothèque a été élaborée au départ dans un but de recherche et de sauvegarde du patrimoine écrit par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT). Elle rassemble les reproductions d’une large sélection de manuscrits des bibliothèques de France, en dehors de la BnF qui dispose de sa propre bibliothèque numérique Gallica. Ces documents datent du Moyen Âge et remontent au plus tard au début de la Renaissance. Cette base de textes et d’images s’amplifiera au fur et à mesure des accords conclus avec de nouvelles bibliothèques.

L'ouverture de ce portail est rendu possible par l’IRHT, grâce au soutien du Service du Livre et de la Lecture du ministère de la Culture et de la Mission de l’information scientifique et technique et du réseau documentaire du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, pour effectuer les campagnes photographiques. Attention, les recherches dans la BVMM se font à partir de la cote du manuscrit et sont donc réservées aux chercheurs. Le grand public se tournera avec plus de facilité vers la base MEDIUM ou la base INITIALE, ou mieux encore vers la recherche géographique (par ordre alphabétique ou par carte), beaucoup plus simple d'accès. Vous pouvez par exemple taper le nom d'une ville de provenance d'un manuscrit et lister ainsi tous les documents numérisés de cette origine et les visualiser en quelques clics.

Un simple feuilletage des pages d'un ouvrage pris au hasard vous montrera les qualités graphiques exceptionnelles de ces documents séculaires. Et permettra aussi de briser une idée reçue : ces textes anciens sont (en général) beaucoup plus faciles à lire que les pattes de mouche du notariat du XVI et XVIIe siècle !

Liens

  1. Site de l'Institut de recherche et d'histoire des textes
  2. Recherche par ville d'origine du manuscrit ou bien par carte géographique
  3. Accès aux bases MEDIUM et INITIALE

Il n'y a pas de commentaire

Plan du site La Revue française de Généalogie