Avantages et inconvénients du recensement moderne

Catégorie : Nouveautés  |  le 17 Janvier 2013 par Véronique Tison

L’Institut national de la statistique et des études économiques vient de présenter les modalités de son enquête de recensement, qui se déroulera cette année du 17 janvier au 23 février. Le recensement moderne, basé sur l’étude d’un échantillon représentatif de la population française, a ceci de formidable qu’il peut être rapidement actualisé et exploité. Ainsi l’Insee est-il en mesure de nous annoncer que nous étions, au 1er janvier 2013, 65,8 millions d’habitants en France, dont 63,7 millions en métropole.

L’enquête annuelle permet un meilleur suivi des tendances d’évolution de la population à moyen terme. Ses données sur le nombre d’habitants et leurs caractéristiques (âge, profession, logement, modes de transport…) sont utilisés par les élus pour adapter les infrastructures nécessaires au quotidien comme les écoles, les hôpitaux ou les maisons de retraite.

Mais l’enquête ne concerne plus qu’un échantillon de la population – neuf millions de personnes en 2013, visitées par 22.000 agents recenseurs – dont les données nominatives seront ensuite détruites à l’exception d’un petit nombre de communes pour lesquelles elles sont conservées à des fins d’études de long terme.

Rien à voir, donc, avec les listes nominatives de population tenues de 1830 jusque dans les années 1960 et que les centres d’Archives départementales sont de plus en plus nombreux à mettre en ligne, pour le plus grand bonheur des généalogistes. Ces recensements-là, effectués tous les cinq ans (les années finissant en 1 et en 6, à l’exception de 1916 et 1941 pour cause de guerre) sont d’une grande richesse pour l’histoire des familles en nous fournissant la composition des ménages avec liens de parenté, années et lieux de naissance, professions et parfois d’autres indications comme, en 1851, les infirmités et maladies. Du XXIe siècle, il ne subsistera rien de tel pour les généalogistes futurs.

1 commentaire

Laëtitia le 17 Janvier 2013 à 22h13

Attention, les données du recensement de la population ne sont pas automatiquement détruites. L'INSEE les collecte, les traite, puis les transmets aux Archives de France. Comme pour les registres que nous connaissons tous, les bulletins ne sont consultables qu'au bout de cent ans, mais ils peuvent aussi être détruits si les Archives de France ne souhaitent pas les conserver.
La grande question que les généalogistes peuvent poser concerne le recensement par Internet, puisque depuis 2013, un recensement électronique côtoie le recensement papier, et sera généralisé en 2015 pour l'ensemble des logements recensés (proposé, mais non obligatoire).
Bien que partiel, le recensement moderne permettra aux heureux généalogistes du futur de connaître les détails de notre mode de vie (mode de chauffage, nombre de pièces, distance domicile-travail, etc.).
A noter également que l'INSEE ne recense pas que les personnes vivant dans un milieu classique (résidence individuelle ou collective) mais aussi les prisons, les communautés religieuses, les pensions scolaires, les populations sans adresse fixe, etc... Quelle riche mine d'informations, n'est-ce pas ?

En plus du site très riche en données non nominatives : insee.fr, voir le site dédié : http://www.le-recensement-et-moi.fr

Plan du site La Revue française de Généalogie