Retrospective généalogique : que s'est-il passé en 2012 ?

Catégorie : Nouveautés  |  le 31 Décembre 2012 par Guillaume de Morant

Vous avez peur d'avoir manqué quelque chose d'important en 2012 ? Voici les meilleurs moments généalogiques de l'année écoulée. Pour commencer, voici une mise en bouche avec les sites d'archives en ligne qui ont beaucoup fait parler d'eux.

On vient d'apprendre que l'état civil de la Charente serait mis en ligne au premier semestre, mais ce sera en accès payant. Au pays des archives publiques, c'est la deuxième exception après le Calvados. En 2012, 9 départements ont ouvert leur site Web avec de l'état civil, ils sont tous gratuits ! Voyez vous même : le Cher a ouvert le 6 décembre, la Polynésie Française le 14 novembre, les Hauts-de-Seine, le 16 septembre, le Vaucluse, le 25 juillet, la Creuse, le 19 mai, le Finistère, le 28 mars, la Seine-Maritime, le 8 mars, l' Indre, le même jour, et enfin, la Marne, le 4 janvier. Et toujours en 2012, deux sites d'archives ont renoncé à faire payer les généalogistes et sont devenus gratuits, la Savoie et la Meurthe-et-Moselle !

Puisque l'on parle de gros sous, savez-vous que la généalogie est une activité lucrative, en tous cas aux Etats-Unis ? Le portail d'origine israélienne MyHeritage (65 millions d'inscrits) vient d'acquérir son rival de toujours Geni.com (7 millions d'utilisateurs). Ce rachat vient s'inscrire dans la foulée d'une autre acquisition : fin octobre, un autre géant de la généalogie, Ancestry a été cédé pour la modique somme de 1,6 milliard de dollars au fonds de placement européen Permira... La généalogie, une industrie comme une autre ? Pour clore ce chapitre sur la mondialisation, on a appris le 6 novembre que le portail Familysearch était désormais accessible en français, en tous cas, sa page d'accueil. Mieux même, les Mormons renégocient actuellement leur accord avec le ministère de la Culture, ce qui expliquerait la mystérieuse disparition des données françaises sur leur portail...

En tant que généalogiste, connaissez vous vos droits ? Il n'est pas facile de s'y retrouver, mais votre site préféré a déniché quelques informations explosives :

Côté réglementation, les archives ont été sévèrement encadrées par un nouveau texte de la CNIL (Commission informatique et liberté). C'est la fin du flou juridique pour la mise en ligne des archives : pas d'indexation avant 120 ans... Un texte contre lequel la Fédération française de Généalogie s'insurge vivement et souhaite amender la loi CADA pour autoriser la libre indexation des actes d'état civil concernant des personnes âgées.

Au fait, dans la fameuse affaire du Cantal contre NotreFamille.com, où en est-on ? Le feuilleton a animé la vie généalogique tout au long de l'année avec un bilan en demi-teinte : oui, le département du Cantal avait raison de refuser la communication des recensements à l'entreprise de généalogie. Oui, mais uniquement parce que celle-ci n'avait pas obtenu d'avis de la CNIL. Comme cela est chose faite, on peut quand même dire que NotreFamille.com a remporté cette bataille juridique. D'ailleurs, le Rhône en a tiré toutes les conséquences et vient de signer avec cette société une licence de réutilisation des archives publiques. Une première pour l'état civil et les recensements.

Allez on termine par quelques curiosités :

Il n'y a pas de commentaire

Plan du site La Revue française de Généalogie