Généalogie par l'ADN : les Belges lancent un test à grande échelle

Catégorie : Nouveautés, Belgique  |  le 09 Juin 2011 par Guillaume de Morant

Carte des migrations humaines par l'ADn Mt

La généalogie par l'ADN, ce sont nos amis Flamands qui en parlent le mieux. En Belgique, l'association des Généalogistes Flamands ( Vlaamse Vereniging voor Familiekunde vzw - VVF) vient de décider d' élargir à toute personne le test de généalogie génétique lancé en 2008. A l'origine, ce test concernait uniquement ceux recherchant leurs racines dans l'ancien duché de Brabant. Désormais, il est ouvert à tous, sans distinction d'origine. Pour participer, il faut cependant respecter trois conditions :

  1. être un homme, car le test est effectué sur le chromosome Y,
  2. accepter que son ADN soit incorporé à une base de données et comparé à d'autres (dans le strict respect de la vie privée),
  3. présenter un fichier gedcom décrivant une ascendance paternelle remontant à au moins 1800. Enfin, une participation aux frais de 140 € est demandée.

"C'est un tarif très avantageux pour un test portant sur 47 marqueurs génétiques", indique le président de l'association Marc Van Den Cloot. "Après la première série de tests concernant uniquement le Brabant, nous avons décidé de l'élargir, car les résultats sont intéressants, nous allons les publier en juillet dans un livre". Selon des résultats non définitifs, sur 964 participants au projet, 590 voient leur origine remonter à 40 000 ans, 116 seraient originaires des Balkans, de l'Europe central et de la Scandinavie (vikings), 70 viendraient du Caucase, des Balkans et de l'ex-Yougoslavie, 50 viendraient de l'Afrique du Nord et enfin 39 seraient d'origine mésopotamienne, phénicienne, grecque et de l'Italie du sud.

Les tests sont effectués dans un cadre scientifique par l'Université de Leuven (Louvain) sous l'égide du Pr Rony Decorte qui a succédé au Pr Cassiman, généticien, l'un des pionniers de la généalogie génétique qui avait notamment procédé à l'analyse des échantillons d'ADN du coeur de Louis XVII. Pour rappel, la loi française sur la bioéthique ne permet de passer des tests ADN que dans trois cas : s'ils sont ordonnés par la justice, la médecine ou bien s'ils entrent dans le cadre d'une étude scientifique. Cela semble bien être le cas ici.

En France, l'Association Généalogique Flandre-Hainaut basée à Valenciennes lance une prise de contact dans le cadre d'un projet sur les 12 branches différentes de la famille de Haynin établie en Flandre entre le XIVe et le XVIIe siècle. Cette famille noble compte dans le Nord de la France de nombreux descendants et l'association souhaite réunir suffisamment de personnes pour effectuer les tests (contact Pierre Sage).

Enfin, il y a quelques jours, l'émission e=M6 diffusait pour ses 20 ans un sujet sur les origines de l'homme en évoquant la généalogie génétique. Vous pouvez la revoir ici sur M6 replay.

Illustration : carte des migrations humaines par l'ADN Mt (par les femmes) source en-Wikipedia. Note : cette carte ne reflète pas les migrations décrites ici par l'ADN Y (par les hommes).

3 commentaires

tyopi le 22 Novembre 2012 à 05h32

Ah, ADAM PATRICK

moi non plus !
d'abord ce n'est pas encore au point, ensuite cela ne prouve rien, (si t'habites depuis 3 siècles dans un village suisse cela ne veut pas dire que tu es suisse ! et encore moins que tes batards sont "d'origines" ...)
et surtout, c'est une une carte de police qui est dressée au nom de la science et donc servira à détruire tout groupes compatibles entre eux afin d'éviter toutes oppositions ... on sait ça, nous; qui avons plus de mille ans dernière nous; et ce, depuis très longtemps ...

Sang le 6 Juillet 2012 à 20h10

Et pour quelle raison "vous ne marchez pas" vous croyez que la genealogie n'a rien a voir avec l'heredite ?

Plan du site La Revue française de Généalogie