Seine-Saint-Denis : l'état civil est en ligne

Catégorie : Archives, Seine-Saint-Denis  |  le 19 Avril 2019 par Guillaume de Morant

Enfin ! Avec l'ouverture du portail "de l'histoire des familles et des populations" de Seine-Saint-Denis, les généalogistes poussent un soupir de soulagement, car désormais, il n'y a plus qu'un seul département à ne pas proposer d'état civil en ligne et c'est le Gard (vers lequel tous les regards se tournent désormais...).

La Seine-Saint-Denis propose donc depuis quelques jours l'état civil des villes de Seine-Saint-Denis de 1523 à 1918 pour les baptêmes, naissances et mariages et jusqu'en 1922 pour les décès. C’est la collection communale qui a été privilégiée pour plusieurs raisons.

Tout d'abord, parce que les registres paroissiaux conservés par les communes sont globalement plus anciens, plus complets et de meilleure qualité. Il y a aussi le fait que la collection du greffe a presque entièrement disparu pour les registres paroissiaux et d'état civil originaux antérieurs à 1860 pour les 24 communes de l'ancienne Seine (incendie du palais de Justice, 24 mai 1871), soit plus de la moitié des 40 communes de l'actuel département. Enfin, les registres d'état civil de la collection du greffe sont incomplets à partir des années 1890 environ, en raison de la cessation du report des mentions marginales par les greffiers (loi n°89-18 du 13 janvier 1989, article 75).

Pour information et toujours à propos de l'état civil, le portail de la Seine-Saint-Denis comporte un utile rappel : plusieurs services d'archives communales proposent l'état civil et d'autres types de documents d'archives en ligne. C'est le cas des villes d'Aubervilliers, de Pantin et de Saint-Denis dont les archives départementales fournissent les liens d'accès. Enfin, n'oubliez pas les deux autres ressources disponibles sur le portail des AD 93 : les recensements de population de 1821 à 1936 et les listes électorales de 1839 à 1939.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas les dessous de cette opération de numérisation, on la doit aux Mormons. A la suite d'une convention signée entre le département et Familysearch, c'est un salarié de l'Eglise de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours qui a procédé quasiment seul à toutes les opérations de numérisation, cahier par cahier, du 15 janvier 2018 au 31 août 2019 sur la seule station de numérisation possible en raison de la capacité d’accueil des locaux. Pas moins de 700.000 images sont sorties de ses mains...

Tout n'est d'ailleurs pas encore en ligne. Il reste à publier les tables de successions et d’absences (1639-1966) et aussi les répertoires des notaires (1590-1952). Pour l'instant, aucune date n'a été avancée pour la publication de ces sources. Mais peut-être faut-il auparavant régler quelques problèmes de lenteurs du site avant d'y ajouter de la matière première...

Liens

14 commentaires

Marie le 1 Mai 2019 à 19h53

En effet comme beaucoup je finis par renoncer tant la connexion est lente, au point qu'il devient impossible d'accéder aux pages. On va croiser les doigts et espérer que petit à petit le serveur va être amélioré. :-)

Elodie Bonnet le 30 Avril 2019 à 15h29

Comme beaucoup de généalogistes qui piaffaient d'impatience depuis des lustres pour pouvoir accéder aux actes de la Seine-Saint-Denis, dès que j'ai vu l'info je me suis empressée de lister les actes à rechercher et hop-hop-hop direction le site. Pour l'état-civil, je savais précisément ce que j'avais à chercher donc en ramant pas mal j'ai réussi à récupérer une série d'actes à Saint-Ouen, mais dès qu'il faut feuilleter une série de pages pour consulter les tables décennales, ou pire essayer de retrouver quelqu'un dans les listes électorales, l'affichage est d'une telle lenteur tout ça pour aboutir à un résultat pas super net que ça devient vraiment infernal. J'ai renoncé pour l'instant aux recensements parce qu'à moins de vouloir y passer 5 heures... De plus, le site m'a envoyé des cochonneries du genre scripts pourris qui bloquent carrément la souris et l'ordinateur, et ce quel que soit le navigateur web utilisé. Bref il y a encore du boulot pour la mise au point de ce site qui paraissait alléchant au premier abord. L'ultra bas-débit c'est quand même pas tip-top !

Plan du site La Revue française de Généalogie