Infos

Albert Danjean, trois tentatives d'évasion

Par Anonyme

Mon grand-père maternel, Albert, Pierre Danjean, né le 4 février 1895 à Jouvençon (71), mort le 16 avril 1958 à Reyssouze (01), fut incorporé comme soldat de 2e classe le 19 décembre 1914, matricule 10637, au 158e régiment d'infanterie, puis passa au 24e, puis au 5e.

Fait prisonnier le 1er juin 1916 au secteur de Douaumont, il fut emmené à Hammelburg où il travailla dans une ferme. En 1917, son frère Louis reçut une carte : « Il fait beau, je herse, je sème de l'orge tous les jours. Bonjour à tous ».

Il fallait travailler dur, mais, la disette régnant même pour les Allemands, la nourriture des prisonniers était fort maigre... D'après ses rares confidences, il alla jusqu'à manger des épluchures destinées aux cochons de la ferme...

Trois fois il essaya de s'évader, se fiant à une carte dissimulée sous le col de sa veste. Il fut traqué avec des chiens, repris (la dernière fois à 20 km seulement de la Suisse...) et mis au cachot en représailles.

Libéré le 28 décembre 1918, il fut réformé le 26 septembre 1919 pour tachycardie, arythmie, dyspnée à l'effort et myocardite. Certificat de bonne conduite accordé. IL se maria en 1928 et eut quatre enfants.

Pour les Français de l'époque, l'Allemagne était toujours la Prusse, si bien que, quoique Hammelburg soit en Bavière, il fut surnommé à son retour « Pierre de Prusse » !

Commentaires