Infos

Aude : une étude sur des faussaires du Moyen Âge !

La découverte de faux dans les chartes de l'abbaye de Lagrasse dans l'Aude n'est pas récente. Mais comme le fonds de cette abbaye, l'un des plus anciens conservé par les Archives départementales de l'Aude a fait l’objet d’un reclassement récent et d’une numérisation, c'est l'occasion pour les archivistes de faire le point sur ces chartes exceptionnelles, dont quelques unes, datées de 779 à 1119 sont des faux ! 

Des diplômes royaux et des bulles pontificales ont en effet été falsifiés, afin « d’affranchir le monastère de tout autorité, laïque ou ecclésiastique » et d’« obtenir une confirmation authentique de biens convoités ». Parfois, le faussaire ne souhaitait que légitimer une situation car lui, ou son institution, ne possédait plus l’acte qui lui permettait de faire valoir ses droits. 

En matière d'archives, la diplomatique n'a rien à voir avec les relations du même nom entre Etats, c'est une science qui étudie la structure, la classification, la valeur, la tradition et l'authenticité des documents officiels. Elle s'est d'ailleurs créée principalement pour identifier les actes faux. Ainsi, la diplomatique a pu déterminer qu'à Lagrasse, des actes ont pu être transformés, remaniés par apposition d’un faux moyen de validation sur un acte dont le contenu est sincère ; par substitution de mots dans le corps d’un acte, par effacement d’un passage, substitution d’un ou plusieurs mots. 

Dans un article passionnant les archives de l'Aude détaillent par quels moyens l’authenticité d’un diplôme (acte émanent d’un souverain) de Charlemagne daté du 5 avril 806 a pu être remise en cause. Dans cette copie du XVIIIe siècle, il manquait trop de choses pour que cet acte soit honnête : pas d'invocation (« Au nom de la sainte et indivisible Trinité » par exemple), une erreur dans la suscription, la partie dans laquelle Charlemagne se présente et l'absence du salut... 

Ces falsifications sont difficiles à dater, mais l'activité des moines faussaires est déjà constatée à l’abbaye au milieu du XIIIe siècle...

Commentaires

2 commentaires