Infos

Biens spoliés aux familles juives : les généalogistes appelés à l'aide !

Et si les héritiers des tableaux volés pendant la Seconde Guerre mondiale n'étaient pas si difficile à retrouver que ça ? Et s'il suffisait de demander à des professionnels de retrouver les ayants droits de ces œuvres spoliés ?

Dans cette affaire qui empoisonne l’État depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, car des centaines de tableaux volés par les nazis à des familles juives sont toujours fièrement exposés sous l'acronyme MNR (Musées Nationaux Récupération) dans les collections publiques françaises, une sage décision a été prise en 2013 : ne plus attendre que des héritiers se manifestent d’eux-mêmes ! Mieux encore, une convention vient d'être signée entre le ministère de la Culture et de la Communication et Généalogistes de France pour rechercher des ayants droit des propriétaires identifiés d’œuvres d’art volées.

Généalogistes de France, l’organisation nationale représentative de la profession de généalogiste a accepté de réaliser gracieusement les recherches nécessaires à l’identification des héritiers vivants des propriétaires de ces vingt-sept œuvres et, au terme de ces recherches, d’en communiquer le nom et les coordonnées au ministère de la Culture et de la Communication. Le résultat de ces recherches permettra la mise en œuvre de la restitution des œuvres concernées. La démarche est donc active, ce qui met sous les yeux un contraste saisissant entre la passivité qui a prévalu durant toutes ces dernières années et la volonté affichée aujourd'hui de ne plus attendre que les témoins directs disparaissent.

La méthode est donc double. D'un côté, un groupe de travail réunissant des conservateurs d’archives et de musées ainsi que d’autres experts, a été réuni et a travaillé sur un corpus de 145 œuvres MNR. Les recherches de ce groupe, synthétisées le 27 novembre 2014, ont permis l’identification des propriétaires de vingt-sept œuvres MNR. De l'autre côté, des généalogistes professionnels mènent leurs investigations pour tenter de retrouver les héritiers de ces propriétaires de tableaux et œuvres ayant été spoliés entre 1940 et 1945. Comme ceux-ci ont souvent disparu dans les camps de concentration, l'enquête s'avère ardue et les investigations vont se dérouler dans de nombreux pays. Un défi que les généalogistes successoraux ont donc accepté de relever...

Voir : Le site Internet de Généalogistes de France

Lire aussi :

Commentaires