Infos

C'est la rentrée, qu'avez vous raté cet été ?

Les vacances servent à ça : à se reposer, à oublier sa connexion Internet et pour les chercheurs les plus chevronnés, à passer du temps dans les salles d'archives. Mais pendant ce temps, la vie du Web généalogique continue. Et en la matière, l'été a vu passer quelques infos intéressantes... Tenez, en juillet, il y a eu tout d'abord une véritable salve de mises en ligne d'état civil avec les archives de la Manche et du Haut-Rhin, les recensements de l'Eure dans un premier temps accessible jusqu'en 1968, puis après une impressionnante marche arrière, jusqu'en 1906 seulement, le Bas-Rhin qui a complété son offre avec 3 millions d'images numériques d'état civil et de registres paroissiaux, ensuite la Haute-Garonne a mis en ligne toutes les paroisses de Toulouse, puis le 19 juillet, ce fut le tour des archives de l'Aisne d'ouvrir leur site Internet venant clore ce feu d'artifice généalogique.

Ces mois d'été ont été marqués par "l'affaire Notrefamille", racontée ici quand elle a pris un tour politique et là, sur un possible conflit d'intérêt dans la famille Kosciusko-Morizet... Sur le même sujet, l'article du blog Papiers & poussières "le rêve de Toussaint Roze" a suscité 135 commentaires, sans doute un record pour un blog de généalogie ! On a aussi appris le rachat par cette même société d'Archimaine, acteur économique bien connu de la numérisation et de la mise en ligne de l'état civil ancien des départements. La situation a été finalement bien résumée par un article de l'agence Reuters publié dans un grand nombre de journaux "Business et généalogie ne font pas bon ménage en France". Enfin, pour clore ce dense chapitre de l'actualité dédiée à NotreFamille, on a également appris la fin du Minitel généalogique, avec l'arrêt des derniers serveurs télématique de sa filiale Swic.

Un peu lourd à digérer toutes ces polémiques ? Consolons nous avec la belle histoire de l'été, racontée par le blog de GeneaNet. Un registre inconnu des archives départementales du Rhône a été découvert fortuitement... aux puces ! Il s'agit du volume 17 des insinuations de la Sénéchaussée de Lyon commencé le 10 mai 1647 et terminé le 20 août 1648. Un trésor original qui n'a jamais figuré dans les collections publiques. Pour l'instant avec l'accord du directeur des Archives du Rhône, les numérisations de ce registre sont en ligne ici sur GeneaNet.

Commentaires