Infos

Davy Crockett a des origines françaises ou les généalogistes ont fumé la moquette ?

Davy Crockett (1786-1836), vous savez, l'homme qui n'a jamais peur, le trappeur coiffé d'un bonnet en castor, héros légendaire de l'Amérique a t-il des racines françaises ? Difficile de le savoir, car aucune généalogie sérieuse ne semble avoir été publiée à son sujet, aussi bien sur son sol natal du Tenessee que de ce côté-ci de l'Atlantique. Pourtant la controverse agite les réseaux sociaux depuis qu'un enseignant retraité, Jean-Claude Drouilhet a publié sur son blog une affirmation étayée par nulle preuve mais enrobée de beaucoup d'humour : Davy Crockett était issu d'une famille émigrée d'Irlande, mais son arrière grand-père était un huguenot bien français, Anthony Desasure de Crocketagne ayant fui la France au moment de la révocation de l'édit de Nantes en 1685. Anthony Desasure de Crocketagne pourrait se traduire, selon une graphie francisée, Antoine de Saussure de Croquetagne. Il serait né à Montauban le 10 juillet 1643, fils de Gabriel Gustave de Croquetagne.

Selon la tradition -qui comme chacun sait est la source la plus fiable- Antoine de Croquetagne aurait été commandant en second des gardes du corps de Louis XIV, remarqué par le roi pour son "apparence personnelle agréable et son amour du devoir". Antoine se serait marié avec la belle Louise de Saix en 1669 avant de rentrer dans ses foyers de Montauban puis Bordeaux pour y devenir agent commercial des "Maury et Fontaine qui avaient le monopole du vin et du sel dans le sud de la France". Sous l'influence de Mathieu Maury, il se serait converti au protestantisme et aurait ensuite embarqué pour l'Angleterre après la naissance de son fils Gabriel Gustave né à Bordeaux le 12 octobre 1672. La famille se serait ensuite établie à Cork en Irlande, où elle aurait changé son nom de Croquetagne imprononçable pour les anglo-saxons en Crokett. Là aussi, un autre fils, serait né, Jean-Louis Crokett et c'est lui, une fois marié qui aurait émigré aux Etats-Unis vers 1708.

La belle histoire comporte cependant plusieurs couacs. Tout d'abord, les sources, les dates et les lieux précis ne sont jamais ou presque mentionnés. Si bien que les généalogistes s'écharpent pour savoir s'il s'agit de Montauban en Bretagne ou Montauban dans le Tarn-et-Garonne. Les généalogies publiées ne manquent pas, on en trouve aux Etat-Unis, et aussi en France sur la base Roglo. Mais elles sont à prendre avec de larges pincettes, souffrant des mêmes défauts : le manque de sources. Les publications mentionnées par les généalogistes américains ne semblent pas plus documentées (Notable Southern Families, The Crockett Family and Connecting Lines, Volume V, p. 3.).

Ensuite, si l'on fait des recherches sur le nom de famille Croquetagne en France, il apparaît plutôt dans l'Ouest en Normandie que vers le Tarn-et-Garonne. Alors, les Crockett, normands ou du sud, Ouest-France pose la question ! Pour le savoir, il faudrait éplucher les annuaires de la noblesse de ces régions, se mettre parallèlement à scruter le registre du consistoire de Montauban pour savoir si un Croquetagne y est bien né. Certes, il faut avoir de bons yeux, mais c'est jouable.

De son côté, l'historien Gilles Havard, spécialiste de la Nouvelle-France est plus circonspect et évoque dans un article de 2012 (Les Huguenots et l’Atlantique, volume 2 aux Indes Savantes), un « canular historiographique », une fable née dans les années 1920 sous la plume de deux auteurs américains et reprise dès lors à tout-va. "J'ai un peu creusé la question", précise t-il, "mais jusqu'à preuve du contraire, aucune source n'indique de provenance française de Davy Crockett. Cela ressemble à un canular inventé pour renforcer la légende. Dans l’imaginaire américain, "frenchness" rime volontiers avec noblesse, et l'on trouve avantageux de descendre de huguenots persécutés en Europe. On en apprend donc sans doute plus ici sur la fabrication des mythes qu'autre chose." Mais les légendes, tout comme notre trappeur, ont la vie dure. Les généalogistes aiment croire aux belles histoires de famille, mais surtout, ils aiment les étayer et les prouver. Et si Davy Crockett était l'occasion de relever le défi ?

Commentaires