Infos

De nouveaux documents en ligne pour les Archives de l'AP-HP

nouveautesaphp2.jpg

Page de janvier 1870 du registre des entrées et des sorties de l’hôpital Sainte-Eugénie (Paris XII) où l’on constate que les patients âgés de 2 à 14 ans présentent des pathologies très variées.
Crédits
Capture AP-HP

Depuis la mise en place de leur nouveau site Internet, les Archives de l’AP-HP alimentent inlassablement leurs collections consultables à distance, qu’il s’agisse de registres numérisés ou d’inventaires de fonds. En ce début d’automne, ce sont les collections de cinq établissements franciliens qui font leur entrée sur le portail d’archives en ligne et sont accessibles depuis le formulaire "Registres de population" :

  • Clinique d’accouchement et hôpital Tarnier (Paris VI)
  • Hôpital Armand-Trousseau (ex Sainte-Eugénie – Paris XII)
  • Maternité de Port-Royal (Paris XIV)
  • Hôpitaux Charles-Foix et Jean-Rostand (Ivry-sur-Seine)
  • Hôpital Paul-Brousse (Villejuif)

nouveautesaphp1.png

Le sommaire de la rubrique "Archives en ligne" accueille les nouvelles mises en ligne à la fois dans "Registres de population", dans "Parcours individuels" et aussi dans "Iconographie" avec 341 planches anatomiques.
Crédits
Capture AP-HP

Les registres dits "de population" constituent les répertoires des entrées et sorties de chaque établissement. Ils indiquent en général pour chaque patient nom, prénom, âge, profession, adresse, date et lieu de naissance, filiation, nature de la maladie indiquée lors de l’admission, celle diagnostiquée par le médecin, numéro de lit, date d’entrée, de sortie ou de décès, durée du séjour et observations éventuelles. On comprend combien ils sont précieux pour identifier toute personne qui a fréquenté un hôpital public relevant de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris. Et bien sûr, ils sont loin d’être remplis exclusivement de malades parisiens !

Attention toutefois, cette mise en ligne ne signifie pas que toutes les archives de ces établissements sont immédiatement consultables en ligne sous forme numérisée. Par exemple, les registres des entrées et sorties de l’hôpital Paul-Brousse, dont le nouvel inventaire en ligne précise les cotes depuis 1950 et jusqu’en 1995 ne sont consultables que sur place et après un délai de 50 ans. Mais, dorénavant, nos recherches sont accélérées puisque nous pouvons trouver en ligne toutes les cotes dont nous avons besoin avant de nous rendre en salle de lecture et consulter les registres ou microformes.

nouveautesaphp2.jpg

Page de janvier 1870 du registre des entrées et des sorties de l’hôpital Sainte-Eugénie (Paris XII) où l’on constate que les patients âgés de 2 à 14 ans présentent des pathologies très variées.
Crédits
Capture AP-HP

En revanche, parmi les mises en ligne, on trouve les registres du centre hospitalier Tarnier qui sont disponibles à distance sous forme d’images numérisées jusqu’en 1869 et ceux de l’hôpital Trousseau jusqu’en 1871. Vous pouvez, au choix, rechercher par établissement, par type de registre (entrées, sorties, décès, etc.), par date (précise ou fourchette). Vous pouvez aussi restreindre votre demande aux seuls registres numérisés (la numérisation est complète jusqu’en 1870 et la décennie 1871-1880 est en cours de numérisation).

Chaque hôpital tient ses propres séries de registres. Il n’existe pas de fichier centralisé regroupant tous les mouvements de patients pour l’ensemble des hôpitaux de l’AP-HP, encore moins pour tous les hôpitaux de France. Il est donc impératif de connaitre le lieu d’hospitalisation, sinon le nom de l’hôpital, a minima, son adresse. Avant de vous lancer à corps perdu dans des recherches de bénédictin si vous ne savez ni où ni quand vos ancêtres ont été hospitalisés, notez que certains centres hospitaliers avaient des spécialités et ont pu changer de nom. Comme l’hôpital Paul-Brousse qui fut un hospice de vieillards à son ouverture en 1913 avant d’être spécialisé dans les pathologies du cancer au milieu du XXe siècle, ou Armand Trousseau qui est aujourd’hui spécialisé dans les soins pédiatriques et était de 1854 à 1880 un hôpital pour enfants connu sous le nom d’hôpital Sainte-Eugénie. Autre exemple encore, l’actuel hôpital Charles-Foix était autrefois l’hospice des incurables d’Ivry où on envoyait tous les malades pour lesquels la médecine ne pouvait rien. Ce qui signifie que vos ancêtres peuvent apparaître dans plusieurs registres pour un même séjour : l’établissement où ils se sont présentés en premier et celui où ils ont fini leur vie.

nouveautesaphp3.jpg

Parmi les inventaires qui viennent d’être mis en ligne sur le site de l’AP-HP, on trouve aussi les dossiers administratifs d’agents nés avant 1940. Grâce à la cote qu’il est ainsi facile de retrouver, le dossier se consulte facilement en salle de lecture.
Crédits
Capture AP-HP

En dehors des malades, les nouveaux fonds mis en ligne concernent aussi les dossiers administratifs des agents nés avant 1940 qui étaient gérés par le siège de l’AP-HP (patronymes commençant par les lettres D à F). Pour effectuer une recherche dans ce fonds, utilisez le formulaire "Parcours individuel" afin de retrouver les notices les concernant. Enfin, parmi les nouvelles collections numérisées, les Archives de l’AP-HP proposent 341 magnifiques planches anatomiques, disponibles via le formulaire "Iconographie".

Commentaires