Infos

La directrice des Archives nationales s'en va dans un contexte difficile

Agnès Magnien était arrivée en février 2011 à la tête des Archives nationales dans le contexte très politique de la Maison de l'Histoire de France et du limogeage de son prédécesseur Isabelle Neuschwander. Elle en repartira en septembre 2014, alors que l'institution est replongée dans une autre crise, liée celle-ci aux bâtiments avec la fermeture du site de Fontainebleau depuis le 28 mars dernier, pour "risques".

Agnès Magnien va rejoindre l'Institut national de l'audiovisuel comme directrice de collection. Son successeur sera recruté après la publication de l'avis de vacance du poste. Mais on sait déjà que son arrivée sera tendue par le contexte de crise que connaissent les Archives nationales. L'institution a beau s'être dotée d'un troisième (et magnifique) vaisseau amiral à Pierrefitte-sur-Seine pour y conserver ses collections postérieures à la révolution, la question de la place revient malgré tout sur le devant de la scène avec la fermeture, annoncée comme provisoire, du site des archives nationales à Fontainebleau.

Le syndicat CGT-Archives qui avait protesté contre sa nomination en 2011, la voit partir sans regret en 2014, mais reste mobilisé pour l'avenir du site de Fontainebleau en lançant une pétition "en défense des archives". Le poste de directeur des Archives nationales, longtemps fusionné avec celui de directeur des Archives de France, est placé depuis 2009 sous la responsabilité de la direction du Service interministériel des Archives de France qui dépend elle, au sein du ministère de la Culture, de la direction des patrimoines.

Photo : Archives nationales.

Commentaires