Infos

Des territoires français s'unissent pour miser sur le tourisme généalogique

Un projet coopératif de développement touristique est né entre trois territoires qui virent une partie de leur population s'exiler vers l'Amérique du Nord au XVIIe et XVIIIe siècle.

L’Intercommunalité de Normandie Sud-Eure, la communauté de communes des Hauts-du-Perche et le Pays de Marennes-Oléron en Charente-Maritime ont en effet en commun un trait marquant de leur histoire : l'émigration d'une partie de leur population au XVIIe et au XVIIIe siècle, partie peupler ce que l'on appelait alors la Nouvelle-France.

Il s'agit de prendre en compte et mieux organiser une nouvelle forme de tourisme, version généalogique du tourisme de mémoire qui se consacre lui plutôt à la visite des lieux de combats de la Première et de la Seconde guerre mondiale. En effet, les descendants de ces Normands et Poitevins sont nombreux, plusieurs dizaines de milliers, à faire chaque année le trajet inverse pour venir visiter les lieux de leurs origines. L'idée de fédérer leur accueil se prépare depuis plusieurs mois avec des ateliers de travail inter-offices de tourisme : le tourisme généalogique franco-canadien prend tournure.

Une idée tendance : au printemps dernier, la plateforme de location d'hébergement Airbnb avait même surfé sur cette mode en associant découverte des racines par l'ADN et tourisme généalogique en lançant une campagne de promotion : ADN et tourisme généalogique, la drôle d'idée d'Airbnb.

Et pour eux, les noms des villes de Tourouvre dans l'Orne, de Verneuil-sur-Avre dans l'Eure ou encore de Brouage en face de l'île d'Oléron en Charente-Maritime sonnent comme autant de lieux à marquer d'une pierre blanche dans leurs données généalogique, puisqu'on estime que les Percherons ont représenté jusqu'à 5% des migrants français vers le Canada et beaucoup d'entre eux ont embarqué non seulement des ports normands, mais aussi de la Rochelle ou un peu plus au sud, de la place forte de Brouage, pays natal de Samuel de Champlain fondateur du Québec.

L'union des offices de tourisme vise donc à toucher les descendants, développer les capacités d'accueil et mieux faire connaître les espaces d'accueil dédiés à cette émigration. Il y a les Muséales de Tourouvre-au-Perche, la place forte de Brouage ou bien des événements comme le festival franco-québécois, La Vache et le Caribou, organisé chaque année à Verneuil-sur-Avre. Alors pourquoi ne pas en développer de nouveaux ? Car nombreuses sont les autres régions de France qui furent des lieux de départ vers des migrations lointaines : la Champagne, la Bourgogne, les Cévennes, le Poitou, la Loire, etc.

A lire aussi

 

 

Illustration : Wikimedia commons, Rempart et guérite en pierre de la citadelle Brouage Charente-Maritime, France, Patrick Despoix.

Mots-clés
Tourisme

Commentaires