Infos

Etat civil, registres d'écrous : nouveaux fonds en ligne dans l'Aube

Confinement oblige, les Archives de l'Aube ont dû fermer à regret temporairement, l'exposition Un roi pour deux couronnes et annuler la conférence sur Christine de Pizan et le Ditié de Jehanne d’Arc. Pour autant, la richesse de l'offre fait que les amateurs peuvent aisément prendre leur mal en patience et se tourner vers d'autres sources culturelles d'intérêt généalogique. 

De nombreux fonds ont été versés sur le site Internet ces derniers mois. Les généalogistes se réjouiront de pouvoir consulter l'état civil de Troyes en ligne jusqu'en 1919, les autres communes de l’Aube devraient suivre d'ici quelques temps. A voir également en ligne, les registres d'écrou d'Arcis-sur-Aube, Bar-sur-Aube, Bar-sur-Seine, Clairvaux, Nogent-sur-Seine et Troyes. Ils sont en ligne s'ils ont plus de 100 ans, les écrous plus récents étant consultables en salle de lecture. 

Sinon, vous pouvez aussi vous plonger dans les richesses iconographiques de l'Aube ancienne avec des vues stéréoscopiques prises entre 1898 et 1912 , des photographies des fonds Charles Gris ou Lancelot Brunon ou encore des vues de la vie du domaine viticole du château de Bligny vers 1920. 

Commentaires

1 commentaire
  • Portrait de Nicolas L.

    C'est décevant. J'aurais apprécié que les archives de l'Aube pousse un peu plus loin dans le temps, notamment en ce qui concerne les actes de mariage et de décès, d'autant plus que la loi le permet désormais, et que les registres des trois types d'actes sont séparés, contrairement à de nombreuses petites communes. Sur la page d'accueil de l'état civil de la ville de Troyes, il est écrit : " le choix a en effet été fait de numériser tous les registres papier jusqu'en 1987 " (extrait). Si la numérisation est terminée, ce n'est pas normal que les actes de mariages jusque 1945 et les actes de décès jusque 1987 ne soient pas en ligne. Si la numérisation est toujours en cours, ce serait plus qu'utile de préciser où elle en est, et de l'inscrire sur la dite page d'accueil. On voit bien que ces derniers temps, la culture n'est pas une priorité, et la généalogie en est malheureusement le parent pauvre. Mais qu'on ne vienne pas me parler d'argent, je connais bon nombre de départements réputés " pauvres" faire beaucoup plus d'efforts que des départements mieux dotés. Tout cela n'est qu'une question de volonté de nos élus locaux, au passage toujours aussi nombreux, et grassement payés.