Infos

Explorez les testaments de la Grande Guerre

Les Archives nationales organisaient lundi 8 décembre 2014 une session baptisée "Sources généalogiques et Grande Guerre aux Archives nationales" sur son site de Pierrefitte-sur-Seine. L'occasion de découvrir ou redécouvrir six ressources à explorer pour en savoir plus sur le parcours de nos ancêtres.Pour ceux qui n’ont pas eu la chance d’y assister voici un petit compte-rendu. Après la présentation des dossiers de naturalisation, des registres d'état civil des régiments, du livre d'or des morts pour la France, du livre d'or de l'Instruction publique et des archives nominatives des pensions, terminons ce tour d'horizon avec l'intervention de François Chancerel sur les testaments de la Grande Guerre.

L'analyse des archives notariales, notamment celle des testaments, se révèle très intéressante pour comprendre la Première Guerre mondiale.

Si la grande majorité des soldats ont rédigé eux-mêmes leur testament au moment de leur mobilisation en août 1914, quelques uns ont été écrits dans les tranchées.

En plus de donner une idée très précise de la vie quotidienne des personnes, ceux-ci peuvent alors témoigner (plus que les lettres soumises à la censure) de l’état d’esprit du défunt. Certains laissent ainsi libre court à leurs pensées. D’autres se recommandent à Dieu et/ou y donnent des indications sur l’éducation qu’ils souhaitent donner à leurs enfants.

Contrairement à l’usage qui veut que les minutes des notaires soient conservées aux Archives départementales, à Paris, ce sont les Archives nationales qui gèrent ces fonds. Cela représente plus de 20 millions d’actes répartis en 122 études.

La loi du 16 juillet 2008 ayant raccourci le délai de communicabilité de ces actes à 75 ans (il était avant de 100 ans), de très nombreux actes du début du XXe siècle sont en train de rejoindre les Archives nationales. Parmi eux, tous les documents ayant trait à la Grande Guerre.

Depuis le début de l'année 2013, 40% des études ont versé leurs archives pour cette période. L'achèvement de cette collecte est prévu pour 2016. Le traitement des documents, plus long (cotation, dépoussiérage etc.), a néanmoins permis de mettre d'ores et déjà en communication en salle de lecture du CARAN les actes d'une dizaine d'étude jusqu'à la fin des années 1930.

Seules quelques centaines de testaments ont été recensés à ce jour ! Autant dire, que c’est un très grand champ de recherche qui s’ouvre aujourd’hui aux généalogistes comme aux chercheurs !

Pour en savoir plus : Salles des inventaires virtuelle / Notaires de Paris.

Profitez de notre atelier de formation aux archives notariales du 2 au 4 juin 2015.

Lire aussi :

Commentaires