Infos

Hautes-Pyrénées : premier lot de registres paroissiaux et d'état civil des communes

Aux archives des Hautes-Pyrénées, voilà une nouvelle qui va mettre du baume au coeur des généalogistes : l'état civil et les registres paroissiaux de la collection communale commencent à être publiés sur le portail. Pourquoi est-ce une bonne nouvelle, puisque la collection départementale, dite du greffe est déjà intégralement en ligne ? Parce que celle-ci est terriblement lacunaire en raison de l'incendie de la Préfecture et des Archives en 1808. 

Les archives départementales ont en effet achevé la publication de tout ce qui était conservé de la collection départementale, soit les registres d'état civil du Greffe des arrondissements d'Argelès-Gazost, Bagnères-de-Bigorre et de Tarbes (An XI–1892), les tables décennales (1802-1942), les actes de la période révolutionnaire et les cahiers paroissiaux (1620-1792). 

Le portail vient donc de s'enrichir d'une première tranche de registres paroissiaux et d'état civil antérieurs à 1820 des collections communales qui constituaient donc l'exemplaire original et dont les registres vont donc être mis en ligne au fur et à mesure de leur numérisation. Dès à présent, vous pouvez accéder aux communes commençant par la lettre A.

Cependant, quelques registres sont totalement manquants, à savoir ceux des communes d'Adast, Armenteule, Arrayou-Lahitte et Aveux. Pour la commune d'Arbéost, les registres sont en cours de numérisation. Enfin, pour Argelès-Gazost et Aureilhan, leurs registres n'étant pas déposés auprès des archives départementales, ils seront empruntés ultérieurement afin d'être à leur tour numérisés. 

Pour les registres plus récents, ceux de la période postérieure à 1892, on ne sait pas encore quand ils seront numérisés et mis en ligne, mais on sait déjà que la collection communale sera privilégiée dans la mesure où elle s’avère plus complète en termes de mentions marginales. 

Pour rappel, vous pouvez consulter sur le portail des archives des Hautes-Pyrénées une vaste palette de fonds d'intérêt généalogique, à commencer donc par l'état civil jusqu'en 1892, mais aussi les registres matricules militaires jusqu’à la classe 1940, entièrement indexés et en ligne que jusqu’à la classe 1921, les recensements de population des collections départementale et communale de 1793 à 1975, les plans cadastraux, les terriers des XVIIe et XVIIIe siècles, les registres des délibérations de 1750 jusqu’à la période contemporaine, les monographies communales des instituteurs, les cahiers de doléances de 1789, des cartes postales, la correspondance de Poilus...

Commentaires