Infos

Indre-et-Loire : un site dédié aux familles de Chinon

familleschinon1.jpg

Le site de l’association Pages de vie promet « une vue complète des familles à travers les siècles » pour la ville de Chinon, dans l’Indre-et-Loire.
Crédits
Capture Les Familles de Chinon

Chinon, ville royale pendant près d’un siècle, a vu passer de très nombreuses familles au gré des épisodes de l’histoire nationale. Un site est dédié à celles qui, par leur sédentarisation ou leur histoire politique, religieuse ou artistique, ont marqué la vie des différentes paroisses. La reconstitution des familles a été entreprise à partir des registres paroissiaux et des archives notariales.

familleschinon2.jpg

La liste des patronymes est en accès libre avec, pour chacun, le nombre d’occurrences trouvées dans les documents analysés.
Crédits
Capture Les Familles de Chinon

Pour effectuer des recherches dans les bases, il faut demander un accès, mais il est possible de consulter librement la liste des patronymes étudiés pour lesquels un chiffre entre parenthèses indique le nombre d’occurrences. N’oubliez pas de vérifier toutes les orthographes possibles pour chaque nom, on trouve par exemple des Raimbault, des Rainbaux, des Rimbault et des Rimbaut qui sont sans nul doute apparentés.

Les familles reconstituées sont également accessibles sur Geneanet sous forme d’un arbre global comprenant près de 160 000 individus. Mais dans cette version, seules les années sont indiquées, les dates complètes ne restant accessibles que sur le site officiel.

familleschinon3.jpg

Une version de la base globale présente près de 160 000 individus sur Geneanet mais pour les dates, seule l’année est indiquée.
Crédits
Capture Geneanet

Un inventaire des passeports de l’intérieur est également en cours avec reproduction de ceux-ci : on peut en suivre l’évolution dans la rubrique « Quoi de neuf ? ». Rappelons que ces précieux documents apparus en 1724 furent d’abord destinés aux vagabonds, puis, à partir de 1765 et jusqu’à la Révolution, ils devinrent indispensables aux artisans qui ne pouvaient sortir du royaume sans passeport, afin de protéger les secrets des fabrications françaises. En 1792, fut institué un nouveau passeport pour se déplacer à l’intérieur du Royaume, qui devint obligatoire en 1795 pour voyager en dehors de son canton. Il coûtait l’équivalent d’une journée de travail.

 

Commentaires