Infos

Juifs et musulmans de la France coloniale à nos jours

juifs-mulsumans-france.jpg

Crédits
Musée de l'histoire de l'immigration

La France est le pays qui compte aujourd’hui les plus fortes communautés juive et musulmane en Europe. L’une comme l’autre sont issues pour beaucoup des pays du Maghreb, en particulier de l’Algérie. Partant de ce constat, le musée de l’histoire de l’immigration se penche sur les rapports que Juifs et musulmans issus de ces régions entretiennent entre eux mais également avec la France, acteur majeur de leur histoire dès le XIXe siècle.

Suivant une chronologie qui débute en 1830, date de la conquête de l’Algérie, l’exposition la poursuit jusqu’à nos jours avec l’inévitable question du conflit israélo-palestinien qui, pour beaucoup hélas, occulte les siècles d’histoire et de culture partagées.

A travers des documents extrêmement variés (archives, tableaux, gravures, photographies, objets, témoignages…), l’exposition insiste sur l’histoire et l’impact du célèbre décret Crémieux de 1870 qui permit aux Juifs indigènes d’Algérie de devenir français sans passer par la naturalisation individuelle. Souvent présenté comme une faveur faite aux Juifs, ce décret est loin d’avoir fait consensus au sein même de la communauté juive d’Algérie dont l’avis n’avait pas été demandé. On comprend aussi qu’il ait été perçu comme un facteur d’inégalité envers les musulmans qui en étaient exclus, en occultant les conséquences pour les Juifs eux-mêmes qui ont alors été soumis au service militaire et ont subi la dégradation des relations avec leurs voisins musulmans.

L’évocation du décret Crémieux permet de mettre en lumière les différences entre nationalité et citoyenneté, la première n’offrant pas les droits découlant de la seconde. 

Au-delà de ce texte majeur, les différences de statut juridique entre Juifs et musulmans mises en place par la France en Algérie au XIXe siècle ont durablement marqué les relations des deux communautés en contribuant à les dégrader.

juifs-mulsumans-france-expo.jpg

Salle de l'exposition Juifs et musulmans de la France coloniale à nos jours.
Crédits
Cyril Zannettacci / Palais de la Porte Dorée

A cela s’ajoutent les différences en matière d’instruction puisque les Juifs ont eux bénéficié de l’enseignement mis en place par l’Alliance israélite universelle fondée en 1860 à Paris par des Juifs français persuadés de la supériorité de la culture française. Les musulmans n’ayant pas bénéficié du même type de structure, leur niveau d’instruction a largement diminué au point même que le niveau d’analphabétisme était supérieure à la fin de la colonisation qu’à ses débuts.

L’exposition permet de réaliser à quel point Juifs et musulmans ont été victimes, même si de façon différente, de la politique coloniale de la France.

Elle met certes l’accent sur leurs dissensions, mais elle montre aussi les similitudes culturelles fondamentales de ces frères-ennemis, notamment lorsqu’ils se sont trouvés unis dans les combats de la Grande Guerre : Juifs et musulmans disposaient de gamelles portant un signe particulier pour que la viande de porc ne leur soit pas servie afin de respecter leur interdit alimentaire commun.

L’exposition fait en partie écho aux grandes expositions qui ont été proposées récemment par l’Institut du monde arabe dont la dernière était consacrée aux Juifs d’Orient.

Elle s’accompagne d’un catalogue particulièrement passionnant.

Informations pratiques

  • Musée de l'histoire de l’immigration, Palais de la Porte Dorée, 293 avenue Daumesnil, 75012 Paris
  • Exposition jusqu’au 17 juillet 2022, du mardi au vendredi de 10 h à 17 h 30, samedi et dimanche de 10 h à 19 h, nocturne les mercredis jusqu'à 21 h
  • Plein tarif : 8 €, tarif réduit : 5 

juifs-mulsumans-france-affiche.jpg


Crédits
Musée de l'histoire de l'immigration

Commentaires