Infos

La Maison de l'histoire de France prend forme... sur Internet

Le projet de Maison d'histoire de France qui fait tant grincer des dents au sein des Archives Nationales a fait vendredi un nouveau pas vers une concrétisation annoncée pour "2014 ou 2015". Un site Internet a été ouvert, présentant les enjeux du projet présidentiel et donnant la possibilité aux internautes de suivre l'actualité de ce futur "grand établissement culturel national" consacré à l'histoire de la France. La phase de concertation est ouverte a indiqué le ministre de la Culture, en annonçant une série de rencontres régionales -réservées aux professionnels des musées, mémoriaux et services d'archives- jusqu'à fin novembre. Ces rencontres se dérouleront à Lyon, Paris, Marseille, Toulouse, Rennes, Lille et Strasbourg. Les particuliers eux, sont invités à donner leur avis sur le site ouvert dans la foulée, au travers de forums de discussions et de sondages.

L'avant-projet de la Maison de l'Histoire de France suit donc son cours. Prochaine étape, la remise du projet définitif par l'historien Jean-Pierre Rioux en janvier 2012, date à laquelle la Maison aura une existence légale avec la création d'un établissement public culturel dédié. En février, ce sera une première exposition associée (en fait financée sur les fonds de la MDHF), "La France en reliefs 1668-1873" du 17 janvier au 17 février. Sous la nef du Grand-Palais, elle rassemblera 16 plans-reliefs de villes fortifiées. Enfin, en 2013 se tiendra l'exposition de préfiguration du musée, intitulée "La France, quelle histoire !", également au Grand Palais.

Reste que ce projet est toujours aussi contesté. Sur la forme, son implantation dans le quadrilatère des Archives Nationales à Paris est rejeté par de nombreux conservateurs, archivistes, magasiniers et une très large assiette des personnels travaillant sur place. Sur le fond, une pétition aurait recueilli 20.000 signatures d'historiens et personnalités. Les opposants dénoncent un projet politique, un dossier "totalement embourbé" et évoquent sans fard sa difficulté à "survivre aux élections présidentielles de 2012". Par ailleurs, le projet tombe bien mal dans un calendrier très chargé pour les Archives Nationales. L'institution prépare ses cartons pour Pierrefitte-sur-Seine, ce sera le plus grand déménagement de documents anciens depuis l'ouverture du site François-Mitterrand de la Bibliothèque Nationale (autre projet présidentiel emblématique...).

Dernière information, pour ceux qui auraient entendu parler d'une histoire d'ossements humains dans les jardins des Archives Nationales. C'est vrai, les travaux d'aménagement ont même dus être interrompus quelques jours. "Mais les ossements retrouvés sont anciens", assure t-on aux Archives Nationales après enquête. Ils proviennent de la terre de remblai amenée ici au XIXe siècle, sans doute celle d'un cimetière. Pas de crime donc aux Archives Nationales, le feuilleton de la Maison d'histoire de France comporte déjà assez de suspense...

Commentaires