Infos

Les archives de la Manche publient les dispenses de consanguinité

Les archives de la Manche viennent de mettre fin à un paradoxe : alors même qu'elles sont les dépositaires de près de 9.800 dispenses de consanguinité des mariages de ce département,elles étaient bien les dernières à n'avoir pas exploité sur Internet ce petit trésor généalogique! Le portail Web de l'institution a donc publié en janvier dernier les images numérisées de ces registres. Il n'y a toutefois pas d'index nominatif, en tous cas sur le portail des archives de la Manche, mais nous verrons qu'il suffit de chercher sur le Web pour y accéder...

Ces fiches sont en effet précieuses pour les généalogistes, car elles regorgent de détails sur les familles, destinées à rassurer l'évêque sur les "bonnes moeurs" des futurs mariés. Sous l'ancien régime, c’était l’Eglise qui fixait les règles du mariage et de la consanguinité. Ainsi, il était interdit de se marier entre cousins, jusqu’aux cousins au 4e degré canon, c’est-à-dire entre cousins issus d’issus de germains. L’interdiction s’étendait également aux liens spirituels : il était interdit de se marier avec la fille de son parrain par exemple. Pour bien comprendre l'étendue des interdictions, le site de l'Entraide Généalogique Bretagne-Maine-Normandie a publié un schéma très parlant. Ou bien consultez les explications de WikiGenWeb sur le sujet. Un régime de dispenses existait donc auprès de l’évêché et pour vérifier les liens éventuels. De véritables enquêtes étaient menées, établissant parfois la généalogie de la famille sur plusieurs générations.

Ces dispenses de consanguinité sont hélas très inégalement conservées en France : certaines sont restées dans les archives des diocèses, d’autres ont été versées aux archives départementales, de nombreuses ont disparu. Aussi, celles de la Manche sont particulièrement appréciées des généalogistes normands. Mais leur accès n'est pas évident, classées par date et non par paroisse. Cela n'avait pas échappé à l'oeil exercé des membres du Cercle généalogique de la Manche qui avaient procédé depuis bien longtemps déjà au microfilmage des registres et même à leur relevé nominatif, à la suite de l'abbé Coupet. Le tout a été déposé aux Archives départementales de la Manche pour permettre à chacun de consulter facilement les noms des mariés (en relevé papier, sur place en salle de lecture).

Résumons : les registres sont numérisés et en ligne sur le portail des archives de la Manche. Mais les les relevés déposés par le Cercle généalogique de la Manche sont à consulter sur place en salle de lecture. Et sur Internet, existe t-il quelque chose pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer ? Les solutions ne manquent pas. Allez consulter l'index directement dans la base de données du site e-hubert.com. Sinon, vous pouvez également vous rendre sur Familysearch, le site des Mormons qui a en dépôt les images numérisées et procède actuellement à leur indexation. Si ce n'est pas de la réutilisation de données publiques avant l'heure, cela y ressemble fort...

Commentaires