Infos

La révision du nom des communes perd sa commission

Par Anonyme

La commission de révision du nom des communes (CRNC), auprès du Ministère de l’intérieur, vient d’être abrogée, par le décret du 4 octobre 2019. "Il faut faire disparaître des commissions…", commente Pierre Jaillard, l’un de ses membre et par ailleurs président de la Commission nationale de toponymie (CNT).

La CRNC, composée de représentants des Archives nationales, du CNRS, de l’Insee, de La Poste, de la Direction générale des collectivités territoriales, de la CNT et de l’Ecole nationale des chartes, pouvait être consultée "sur les questions d'ordre général intéressant la toponymie tant du point de vue scientifique que du point de vue administratif". Elle se réunissait une fois par an.

Et les généalogistes sont bien placés pour savoir que la question des changements de nom de commune, au fil des siècles, peut se révéler sensible. D'autant plus à l’heure où de futures communes nouvelles (fusions de communes) seront créées, au moment où certaines communes nouvelles aux noms comportant des erreurs typographiques, orthographiques, linguistiques ou géographiques mériteraient de changer de noms ou alors que de nouveaux élus en 2020 voudront changer certains noms. Alors, est-ce une disparition malvenue ? Pas de quoi inquiéter Pierre Jaillard : "Certes, le ministre de l’Intérieur ne sera plus obligé de consulter la CRNC, mais comme il ne voudra pas prendre seul la décision, il la consultera officieusement. Ou bien, comme la CNT et la CRNC ont quasiment la même composition, il requerra l’avis de la CNT".

Lire aussi :

  • Le casse-tête des noms de lieux qui changent (accès payant)

  • Centres des Archives nationales : tout sur les noms de lieux, sceaux et blasons (accès payant)

Commentaires