Infos

La Seine-Maritime a lancé sa plateforme d'indexation d'archives

Depuis janvier, tout bénévole peut indexer sur le portail des archives de la Seine-Maritime. Les séries ouvertes à l'annotation collaborative se limitent pour l'instant aux registres matricules, mais la plate-forme devrait être progressivement ouverte à d’autres fonds. Il y a deux modes d'accès au module : à la volée ou bien dans le cadre d'un programme.

Dans le premier cas, vous accédez directement à l'annotation depuis n'importe quelle fiche matricule.L'option d'annotation apparaît automatiquement en cliquant sur le texte « Cliquez ici pour annoter les documents ». Dans le second cas, celui du programme d'indexation, vous vous rendez sur la page de l'indexation collaborative et vous cliquez sur l'un des programmes ouverts. Quelque soit l'option choisie, l'objectif est de parvenir à terminer l'indexation en 2018, afin de répondre au cahier des charges du portail des registres matricules Grand Mémorialauquel se rattache ce projet de la Seine-Maritime.

Les archives de ce département ont choisi de faire appel au public en complément d'autres formes d'indexation. En effet, pour le même fonds des registres matricules, les feuillets les plus anciens et les plus fragiles, ceux de 1865 ont été numérisés et indexés directement par les archivistes. La partie la plus importante, celle concernant 1885 à 1921 a été confiée à un prestataire extérieur, Archimaine qui a réalisé la numérisation et l'indexation à Laval et indexés 272.186 conscrits. Mais l'indexation n'a été réalisée que sur 5 champs, nom, prénom, classe, bureau et numéro matricule, afin que le projet rejoigne dès son ouverture le site du Grand Mémorial.

D'autres informations manquaient pour arriver jusqu'aux 13 champs d'indexation préconisés par le Service interministériel des archives de France, dont par exemple la profession et le degré d'instruction. C'est cette partie là qui est actuellement ouverte à l'indexation collaborative par les internautes eux mêmes. Après avoir été indexés, les noms des soldats sont ensuite disponibles dans le moteur de recherche du projet. Avec cette application entièrement développée en interne, il est également possible de géolocaliser les données. En effet, à chaque lieu cité sont rattachées toutes ses coordonnées GPS qui permettent en un clic de le situer sur une carte.

Et pour bien comprendre le fonctionnement, deux vidéos ont été mises en ligne, l'une pour décrire l'indexation collaborative :

</span>

Commentaires