Infos

Les registres des inhumations de Nantes indexés

Cela est rendu possible par la numérisation et l'indexation des registres d’inhumations des 13 cimetières de Nantes. Le travail a été fait non pas par des bénévoles, comme on le voit souvent pour ce genre de bases de données, mais en collaboration avec deux services de l'administration municipale nantaise : celui des cimetières et celui des archives municipales, pour aboutir à la numérisation par l'un et à la mise en ligne par l'autre.

Les registres ayant été numérisés à l'origine pour un usage interne, les dates des inhumations vont de 1867 à 2006. Une base de données a été constituée contenant les 404.240 noms relevés dans ces registres. Mais sur Internet, vous ne pourrez accéder qu'aux données relatives aux inhumations de plus de 50 ans. La recherche peut se faire selon quatre critères : nom, prénom, année d’inhumation, cimetière, avec au minimum un nom ou une partie de nom. Si l'orthographe du patronyme recherché est incertaine, utilisez le signe * servant à remplacer un ou plusieurs caractères. Le moteur de recherche tient compte des variantes phonétiques comme Bruneau, Brunaud, Bruno, Brunot, Brunneau, etc.). Les femmes ont principalement été enregistrées sous leur nom de naissance, mais certaines l’ont été sous leur nom d’épouse.

Avec son site Web d'archives, Nantes met à disposition des chercheurs et généalogistes un vaste outil de travail. Outre l'état civil et les registres paroissiaux, de nombreuses séries ont déjà été numérisées et mises en ligne comme les listes electorales, les recensements de population, des gravures, dessins et estampes, des affiches, des cartes et plans et des collections de photographies. Le tout est complété par des bases de données donnant accès aux notices descriptives de documents iconographiques (photographies, cartes postales, plans et affiches non numérisés), des registres de délibérations numérisés, de l'ensemble des fonds publics de la ville de Nantes et des communes annexées et différents fonds privés, de la presse locale du XVIIIème siècle à nos jours. Enfin, les inventaires de toutes les séries anciennes sont consultables sur le site ou téléchargeables en format PDF. Cet énorme travail de dématérialisation est ainsi proposé à tous librement sur Internet. Si ce n'est pas de l'open date, cela en prend le chemin...

Commentaires