Infos

Les origines de Michelle Bachelet, cousine de Valérie Trierweiler

Si voilà huit ans, lorsque l’on a commencé à parler d’elle, j’avais passé un week-end à rechercher les racines françaises de Michelle Bachelet, pour les localiser en Bourgogne, elles sont désormais bien connues, pour avoir ensuite été étudiées par le Cercle Généalogique de Saône-et-Loire, dans un article collectif (De Chassagne-Montrachet à La Moneda, n° 114 d’avril 2007 de Nos Ancêtres et Nous, proposé par GeneaNet) et reprises par Bernadette Guignot, sur Gene@star.

Mais détaillons un peu l’histoire et la galerie familiale, que j’évoque aujourd’hui dans Le Journal du Dimanche.

Les racines de la Chilienne conduisent d’abord dans la commune de Chassagne-Montrachet, à la limite de la Côte-d’Or et de la Saône-et-Loire, connue pour avoir donné son nom à l’un des crus de la Côte de Beaune.

On peut y remonter la filiation jusqu’à Philibert Bachelet, né vers 1600 et époux d’une MONNOT, dont le fils, Pierre, y épousera en 1659 Jeanne LARDILLON et y sera marchand vigneron, comme y seront tour à tour ses descendants, jusqu’à Louis Joseph, qui y épousera en 1844 Françoise BEAULT.

Recensé dans le village, en 1856, avec ses trois enfants, Louis-Joseph ne figure plus au recensement de 1861, après la naissance d’un quatrième enfant, en 1858 et la tradition familiale veut qu’il se soit embarqué en 1859 pour l’Amérique du Sud avec sa femme, ses enfants… et quelques plans de vigne. Non pas pour avoir été victime des méfaits du phylloxera, qui n’a pas encore été signalé, mais tout simplement semble-t-il pour tenter sa chance, aux côtés peut-être – sans doute – d’autres Bourguignons ou de gens de sa connaissance. Il décédera donc à Santiago, peu d’années plus tard, en 1863, après la naissance d’un dernier fils, Germain, en janvier 1862, qui épousera une jeune fille d’origine suisse et sera le grand-père d’Alberto Bachelet, général de l’armée de l’air chilienne, lui-même père de Michelle.

Les "quartiers" bourguignons de la présidente sont donc bien connus et l’arbre de Gene@star peut être complété par ceux de Jean Pierre Lambert, pour le côté BACHELET, d’Anne-Marie Flèche pour le côté BEAULT, ainsi que celui de Martine Deyris.

Voilà donc pour Michelle Bachelet des ancêtres à Chassagne, Remigny, Beaune, Santenay… avec les GIRARD, GIBOULOT… et les LAPIERRE, BOURGOGNE, SAUVAGEOT, GUIDOT (et non GUIDOR), POSSUET (sic), BUREAU, JACQUELIN…

Mais en voilà aussi plus au sud, à Dezize, Sampigny et Cheilly-les-Maranges et dans la vallée de la Dheune, à Saint-Léger et Dennevy (CLERC, CHRETIEN, TREMEAU, MIGNOTTE, LAVOILLOTTE…).

Profitant d’un voyage en France, Michelle est venue à Chassagne en mai 2009, visiter la maison de son ancêtre – sur laquelle elle a apposé une plaque – et rencontrer ses cousins BACHELET, dont un général en retraite et un vigneron, continuant à exploiter au village un domaine viticole à leur nom.

Mais tous les Bachelet de France, ne sauraient évidemment cousiner avec Michelle. Porté par plus de 2 000 foyers, le patronyme est très courant en Seine-Maritime et dans le Pas-de-Calais, où conduit notamment la généalogie du chanteur Pierre Bachelet, originaire de Riencourt-les-Cagnicour et Quéant, comme le montre notamment l’arbre généalogique déposé sur GeneaNet par Thierry Prot.

En revanche, j’ai pu découvrir à la présidente chilienne une cousine française très célèbre, à partir du couple de laboureurs, Philippe TREMEAU et Reine BAJEOT, mariés à Dennevy, en Saône-et-Loire, en 1728, qui sont également les ancêtres de Valérie TRIERWEILER !

Lire aussi : Ascendance de Pierre BACHELET sur 6 générations (sur GenNPdC)

Commentaires