Infos

M@rine, nouvel outil pour les archives

L'avenir, les archivistes y pensent souvent. Et avec la généralisation des documents électroniques, cet avenir est entièrement à repenser pour répondre aux nombreuses questions soulevées par la totale dématérialisation. Les professionnels des archives ont ainsi imaginé comment, dans un siècle et plus, il sera possible aux chercheurs en archives de consulter les documents classés en 2011. L'une des réponses imaginée s'appelle la plateforme d'archivage M@rine, elle a été présentée officiellement la semaine dernière au Sénat, par deux collectivités pionnières qui la portent depuis ses débuts : le département des Yvelines et celui de l'Aube.

Dans ces deux départements, les archives ont commencé à utiliser ce nouvel outil qui permet de passer sans aucune étape, du service producteur d'archives (tous les services d'une collectivité) au service conservateur (les archives départementales). Les documents ainsi conservés en flux immédiat sont les marchés publics, les flux comptables, le contrôle de la légalité. Et sans doute à terme, l'état civil, car lui aussi est en passe de devenir entièrement numérique, puisque la signature électronique est désormais légale. Tous sont d'ores et déjà consultables sous cette forme électronique, dans la limite de leurs délais respectifs de communication.

Sans entrer dans des détails techniques, la plateforme M@rine apporte des réponses à bien des questions. Les documents qu'elle conserve ont valeur probante puisqu'elle maintient leur intégrité, ils ont une valeur patrimoniale, puisqu'elle gère leur conservation à long terme et même ad vitam aeternam. Enfin, ils sont encodés selon les normes archivistiques qui garantit leur longévité, puisque quelque soit le format qui existera dans un siècle, ces documents resteront convertibles dont lisibles. C'est ça aussi l'open data, voulu au plus haut niveau par les pouvoirs publics.

NDLR : Le site gouvernemental www.data.gouv.fr est ouvert depuis ce matin.

NDLR 2 : La plateforme M@rine est le fruit d'un travail entre les services informatiques de l'Aube et des Yvelines. Les deux collectivités ont confié à la société Sicem, la commercialisation de la solution M@rine auprès des différents acteurs de la sphère publique. Sicem distribue depuis les années 2000 le logiciel Thot, bien connu des archivistes et des généalogistes en ligne.

Commentaires