Infos

Nouvelles sources numérisées sur la Guerre de Vendée

ad85guerresvendee1.jpg

Dans une lettre adressée par Prosper de Barante à son père, il évoque Marie-Louise-Victoire de Donnissan qui fut le témoin des Guerres de Vendée et en permit la narration.
Crédits
Capture AD85

Depuis plus de 15 ans, les Archives de la Vendée ont entrepris la numérisation de sources relatives à la Guerre de Vendée. La mise en ligne des archives conservées au Service historique de la Défense et aux Archives nationales a constitué, à cet égard, deux épisodes fondateurs de cette entreprise. En parallèle, les Archives de la Vendée ont mené une politique d’acquisition de fonds ou de pièces d’archives privées relatives à cette période : quatre nouveaux inventaires seront publiés au cours de l’année 2022 pour enrichir la liste des ressources disponibles.

La première de ces mises en ligne concerne le fonds Barante dont le détail est désormais disponible sur le portail des Archives départementales de la Vendée. Ce fonds contient des pièces d’archives acquises lors de la dispersion de la bibliothèque du château de la famille qui avait été constituée pendant plus de trois siècles par des générations successives dont l’héritier, Prosper de Barante, fut préfet de la Vendée (1809-1813).

ad85guerresvendee2.jpg

Le cahier de 279 pages rédigées par Marie-Louise-Victoire de Donnissan sur les Guerres de Vendée est aujourd’hui consultable sous forme numérisée, dans le fonds de Barante. Il est un témoin précieux du quotidien de ce conflit.
Crédits
Capture AD85

En 1808, alors qu’il était sous-préfet de Bressuire dans les Deux-Sèvres, Barante s’était lié d’amitié avec Marie-Louise-Victoire de Donnissan, veuve du général Louis de Lescure, qui avait été témoin des victoires et des défaites des insurgés vendéens pendant la guerre. Cette rencontre aboutit quelques années plus tard à la publication des célèbres Mémoires de ladite dame, écrits par elle-même et rédigés par Prosper de Barante. Publié pour la première fois en 1814 et réédité à treize reprises jusqu’en 1889, ce texte a connu un succès phénoménal, au point d’éclipser beaucoup d’autres récits du soulèvement vendéen. Le fonds Barante permet de retracer la genèse de cette œuvre et éclaire la méthode de travail « à quatre mains » adoptée pour mettre en forme le texte et en présente l’incroyable manuscrit.