Infos

Petit monde généalogique : mais que s'est-il passé en 2014 ?

La planète généalogique n'a cessé de tourner tout au long de cette année 2014. Mais que faut-il en retenir ? Et qu'avez-vous manqué de cette actualité riche, dense et toujours utile pour vos recherches généalogiques ? Voici un résumé des petits et grands événements qui ont marqué cette année.

En janvier, la Revue Française de Généalogie a mis à disposition de tous une carte de France des registres matricules en ligne sur le blog GénéInfos. Ce nouvel outil de recherche est spécialement dédié aux ancêtres soldats, notamment les Poilus, il est régulièrement mis à jour et s'est considérablement enrichi depuis 12 mois.

Toujours en janvier, les généalogistes ont vu avec satisfaction la mise en ligne du portail d'archives des Pyrénées-Orientales. Il contient les registres paroissiaux et d'état civil jusqu'à 1902, les registres matricules militaires de 1867 à 1921 et les recensements de population jusqu'à 1906. En février, les lecteurs de notre portail ont pu suivre Rootstech 2014, la grande manifestation généalogique organisée par les Mormons en direct depuis les Etats-Unis (la RFG y avait dépêché pas moins de trois envoyés spéciaux...).

Au mois de mars, les Archives nationales ont dû fermer leur site de Fontainebleau pour des raisons de sécurité. A ce jour, il est toujours interdit d'accès. En avril, une triste histoire d'usage de faux a secoué le monde des chercheurs d'ancêtres. Un généalogiste successoral a été condamné pour avoir falsifié une autorisation.

Fin avril, la Fédération Française de Généalogie a lancé une pétition "pour une loi de progrès". Près de 30.000 personnes ont signé pour que la future loi sur les archives prenne en compte le point de vue des généalogistes. Une loi dont l'examen a finalement été repoussé à 2015.

En mai, les archives militaires de Pau ont ouvert une salle de consultation. Vous pouvez vous rendre sur place pour consulter les dossiers des sous-officiers, officiers et militaires du rang (y compris ceux relevant du service national).

En juin, l'histoire des fusillés de la Grande guerre est revenue au premier plan : le gouvernement a annoncé qu'il n'y aurait pas de réhabilitation collective.

En juillet, l'éditeur de Heredis, le célèbre logiciel de généalogie a changé de mains. Et surprise, ce sont des salariés qui l'ont repris sous forme coopérative.

En septembre, la généalogie en ligne a connu plusieurs événements marquants. Le portail NotreFamille.com a signé avec un quatrième département pour la réutilisation de l'état civil et des recensements. Après la Vendée, le Rhône et la Savoie, il s'agit des Yvelines. Familysearch de son côté travaille à l'indexation des recensements de Toulouse et bientôt sur l'état civil de la Dordogne. On a également appris qu'un portail national des archives françaises serait lancé en 2016. Et petite curiosité de septembre, les archives de Nîmes ont choisi la solution associative Brozer pour publier état civil et recensements.

Octobre a vu le lancement d'un nouveau et très attendu portail Web d'archives : celui de l'Ariège. Il comporte état-civil et registres matricules. Les deux portails Geneanet et Genealogie.com ont été entièrement reliftés et proposent de nouveaux services et de nouvelles archives en ligne.

Et le 11 novembre, c'est le président de la République lui même qui a procédé au lancement du portail national des registres matricules de la guerre de 1914-1918, le Grand Mémorial. Et pour finir sur une note espiègle, votre revue préférée a relayé une polémique stupéfiante : Davy Crockett aurait des racines françaises, mais les deux Montauban, celui du Tarn-et-Garonne et celui de Bretagne se disputent l'origine du célèbre trappeur au bonnet en castor...

Lire aussi : Dans le rétro 2014 de La Revue française de Généalogie

Commentaires